L’Encyclopédie/1re édition/CORNIERE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CORNIERS

CORNIERE, s. f. en termes de Blason, signifie une anse de pot, ainsi appellée parce qu’elle a succédé aux cornes ou anses qu’on mettoit anciennement aux angles des autels, des tables, des coffres & autres choses, pour pouvoir les porter plus aisément. (V)

Corniere, (Marine.) Voyez Cormiere & Allonge de poupe. (Z)

Corniere. Voyez Noue.

Cornieres d’une presse d’Imprimerie, &, selon quelques-uns, Cantonnieres. Ce sont quatre pieces de fer plat, dont chacune a un pié de long, deux ou trois lignes d’épaisseur, & sept à huit de hauteur ; coudée dans son milieu en angle droit, & allant un peu en diminuant de hauteur & d’épaisseur jusqu’à ses deux extrémités, à chacune desquelles est prise une patte percée de plusieurs trous, pour être attachée avec des clous. Au moyen de ces cornieres posées aux quatre coins du coffre, on arrête une forme sur la presse, en mettant un coin entre l’extrémité de chaque corniere & le chassis de la forme. Voyez les Pl. d’Impr.