L’Encyclopédie/1re édition/COULOIRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

COULOIRE, s. f. (Œcon. rustiq.) grand panier d’osier tressé en ovale, qu’on met dans la cuve, & qu’on foule contre la grappe, afin que le moût le remplisse, & qu’on puisse séparer cette partie liquide du reste.

Couloire, (Œcon. rustiq.) écuelle de bois, percée par le fond, dont les ouvertures sont fermées d’un linge fin ou d’un tamis, à-travers lequel on passe le lait. Il faut laver souvent la couloire, parce que ce qu’y reste de fluide s’aigrissant, peut déterminer le lait nouveau qu’on y passe à s’aigrir aussi.

* Couloire, (Cuisine.) c’est un vaisseau de cuivre étamé, percé d’un grand nombre de trous, dans lequel on pétrit & écrase des légumes & autres substances cuites, dont on extrait le suc qui passe par les trous de la couloire, & qu’on reçoit dans un autre vaisseau pour en faire un coulis, une sauce, &c. d’où l’on voit de quelle importance il seroit que ce vaisseau & tous les semblables où l’on travaille, pour ainsi dire, long-tems & avec violence, des substances qui peuvent avoir quelques qualités corrosives, fussent de fer ou de quelque autre métal dont les particules ne fussent point nuisibles au corps humain.

Couloire, en termes d’Epinglier, est une espece de filiere dans laquelle on tire le laiton sortant de la premiere main, pour le réduire à la grosseur dont on veut que les épingles soient.