L’Encyclopédie/1re édition/COUPÉ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  COUPE

COUPÉ, adj. en Musique ; c’est quand au lieu de faire durer une note toute sa valeur, on se contente de la frapper par un son bref & sec au moment qu’elle commence, passant en silence le reste de sa durée. (S)

Coupé, dans la Danse ; c’est un pas qui est composé de deux autres, savoir d’un demi-coupé & d’un pas glissé : ce dernier doit être plié à propos, élevé en cadence, & soûtenu gracieusement. Si l’on commence le coupé du pié droit, il faut, ayant le pié gauche devant & le corps posé dessus, approcher le pié droit auprès à la premiere position, puis plier les deux genoux également, & étant plié on passe le pié droit devant jusquà la quatrieme position : on s’éleve dessus la pointe en étendant les genoux, & du même tems le talon droit se pose & le genou se plie ; mais la jambe gauche se glisse devant jusqu’à la quatrieme position, & le corps se posant dessus termine l’étendue du pas.

Il y a encore une autre façon de faire le coupé : le demi-coupé fait, étant élevé sur la pointe, on glisse le pié, dans le même tems qu’il s’éleve, jusqu’à la quatrieme position : en le passant, la pointe doit être basse, & la jambe bien étendue ; & à mesure que la jambe gauche passe devant, le genou droit se plie, & renvoye par ce mouvement le corps sur le pié gauche.

Ces deux manieres sont bonnes ; mais la premiere est plus aisée, parce que le corps est plus assûré par le talon droit qui est appuyé.

Il se fait aussi en arriere & de côté, aux positions près, qui sont différentes selon le chemin que l’on doit tenir.

Coupés, (demi-) ce sont des pas de danse que l’on n’exécute bien qu’avec la connoissance des mouvemens du coup-de-pié, du genou, & des hanches.

Ces pas ont quatre attitudes, soit qu’on les fasse du pié droit, soit qu’on les exécute du gauche.

1°. En supposant qu’on veuille les faire du pié droit, on mettra le gauche devant à la quatrieme position, & le corps sera posé dessus en avant, le pié droit prêt à partir, & sa pointe posée seulement à terre.

2°. On apportera le pié droit contre le gauche à la premiere position, & l’on pliera également les deux genoux, ayant toûjours le corps posé sur le pié gauche, la ceinture non pliée, & la tête fort en arriere.

3°. En demeurant plié, on passera le pié droit devant soi sans se relever à la quatrieme position, & l’on apportera le corps dessus en s’élevant sur la pointe du pié droit.

4°. En même tems on apportera le corps sur le pié droit en s’élevant sur la pointe du pié : on aura soin en s’élevant d’étendre le genou, & d’approcher incontinent la jambe gauche, en prenant garde que les deux jambes soient bien étendues lorsque l’on sera élevé sur la pointe du pié. Enfin on laissera poser le talon à terre pour terminer le pas, & pour avoir la facilité d’en faire autant de l’autre pié en observant les mêmes regles. Ces pas sont absolument nécessaires. On suivra les mêmes regles pour les faire en arriere & de côté : mais on ne passera le pié qu’après que l’on aura plié ; autrement on prendroit son mouvement à faux, & l’on ne se releveroit pas avec la même facilité.

Coupés du mouvement, terme de Danse, pour exprimer un pas qui est un des plus gracieux & des plus gais que l’on ait inventé, par rapport à la variété des mouvemens qui sont modérés. Voici la maniere de le faire.

Lorsque vous prenez votre demi-coupé en avant, par exemple, vous le pliez très-doucement, & vous vous élevez de même sur le pié qui a passé devant les jambes bien étendues, parce que le corps se portant sur le pié de devant, attire la jambe de devant qui s’étend également : dans le même moment le talon du pié de devant se pose, le genou se plie, & la jambe qui est en l’air s’ouvre un peu à côté ; & le genou qui est plié en s’étendant rejette cette jambe en-devant en vous laissant tomber dessus, & en ne sautant qu’à demi ; c’est ce qu’on appelle demi-jetté.

Ce coupé n’est composé que de deux pas, & ces deux pas renferment deux mouvemens différens. Le premier est plier sur un pié, passer l’autre en s’élevant dessus ; & le second plier sur ce pié, & s’élever avec plus de vivacité pour retomber sur l’autre en sautant à demi ; & c’est ce qui rend ce pas gai.

Quant à ceux qui se font de côté, ce sont les mêmes regles, à l’exception que l’on porte le pié à la cinquieme position pour le demi-coupé, & à la seconde pour le demi-jetté. D’autres se prennent de la premiere, & l’on porte le pié à côté à la seconde position en s’élevant dessus, & du même tems on pose le talon à terre pour plier, & pour lors on fait le demi-jetté en croisant à la cinquieme position.

Coupé, en terme de Blason, se dit des membres des animaux, comme la tête, la cuisse, &c. qui sont coupés net & séparés du tronc ; au lieu qu’on les appelle arrachés lorsqu’ils ont divers lambeaux & filamens sanglans ou non sanglans qui paroissent avoir été arrachés avec force. Voyez Arraché.

Coupé se dit encore des croix, barres, bandes, chevrons, &c. qui ne touchent point les côtés de l’écusson, & qui semblent en avoir été séparés.

Il se dit aussi de l’écu partagé horisontalement par le milieu en deux parties égales. Lomellini à Genes, coupé de gueules & d’or. Chambers & Trév. (V)