L’Encyclopédie/1re édition/COURANTE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  COURANT
COURANTIN  ►

COURANTE, s. f. (Musiq. & Danse.) ancienne espece de danse dont l’air est lent, & se note ordinairement en triple de blanches avec deux reprises. (S)

La courante est composée d’un tems, d’un pas, d’un balancement, & d’un coupé. On la danse à deux.

C’est par cette danse qu’on commençoit les bals anciennement. Elle est purement françoise. Les menuets ont pris la place de cette danse, qu’on n’exécute presque plus.

Il y a le pas de courante qu’on fait entrer dans la composition de plusieurs danses.

Dans les premiers tems qu’on trouva la courante, on en sautoit le pas ; dans la suite on ne la dansa que terre-à-terre. (B)

Pas de courante. Ses mouvemens, quoique la courante ne soit plus en usage, sont si essentiels, qu’ils donnent une grande facilité pour bien exécuter les autres danses.

On nomme ce pas tems, parce qu’il est renfermé dans un seul pas & un seul mouvement, & qu’il tient la même valeur que l’on employe à faire un autre pas composé de plusieurs mouvemens. Voici comment ce pas s’exécute.

On place le pié gauche devant, & le corps est posé dessus. Le pié droit est derriere à la quatrieme position, le talon levé prêt à partir. De-là on plie en ouvrant le pié droit à cêté ; & lorsque l’on est élevé & les genoux étendus, on glisse le pié droit devant jusqu’à la quatrieme position, & le corps se porte dessus entierement. Mais à mesure que le pié droit se glisse devant, le genou gauche se détend, & le talon se leve, ce qui renvoye avec facilité le corps sur le pié droit, & du même tems l’on s’éleve sur la pointe. On baisse ensuite le talon en appuyant tout le pié à terre, ce qui termine le pas, le corps étant dans son repos par le pié qui pose entierement.

On en peut faire un autre du pié gauche, en observant les mêmes précautions.