L’Encyclopédie/1re édition/DESSICCATIFS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

DESSICCATIFS, adj. pl. terme de Chirurgie, concernant la matiere médicale externe ; remedes qui ont la vertu de dessécher les plaies & les ulceres. On les appelle aussi cicatrisans. L’exsiccation est la fin qu’on se propose dans la curation des ulceres ; & l’on ne doit perdre cet objet de vûe dans aucun des tems de la cure. L’exsiccation en est l’indication constante, comme nous l’expliquerons au mot Détersif. Les remedes sarcotiques ou incarnatifs, qu’on prescrit pour procurer la regénération des chairs, sont des médicamens auxquels on attribue des effets qu’ils ne produisent pas : car il ne se fait aucune regénération de chairs dans les plaies & dans les ulceres. Quoique l’opinion contraire soit générale & très ancienne, nous nous engageons de prouver cette proposition à l’article Incarnation, où nous exposerons le méchanisme de la réunion des plaies avec perte de substance.

Les remedes dessiccatifs se prennent dans la classe des absorbans, des astringens, & des balsamiques, qu’on employe en poudre : tels sont la colophone, la térébenthine de Chio, la térébenthine ordinaire cuite, les poudres de myrrhe & d’aloes, &c. elles agissent comme astringens, en resserrant l’orifice des vaisseaux ouverts. L’onguent de litharge, l’emplâtre de céruse, de minium, de pierre calaminaire ; la poudre de cette pierre, la tutie, la pierre médicamenteuse de Crollius, &c. sont des remedes absorbans & dessiccatifs. L’eau de chaux est un des meilleurs remedes dont on puisse se servir pour l’exsiccation des ulceres. La charpie seche ou trempée dans quelque liqueur astringente ou spiritueuse suivant l’état des choses, est un fort bon dessiccatif.

Il y a des ulceres cacoëthes, qu’il ne faut pas dessécher sans précaution ; souvent il convient d’adoucir le sang des malades, & de combattre par des remedes appropriés les différentes acrimonies des humeurs. Il suffit quelquefois d’établir un bon régime de vie, & de purger de tems à autre ; dans d’autres cas il seroit dangereux de ne pas ouvrir un cautere dans une autre partie, pour servir d’égout aux humeurs qui s’évacuoient par l’ancien ulcere. Toutes ces considérations exigent beaucoup de lumieres & de prudence dans un chirurgien, tant pour obtenir la guérison des ulceres, que pour prévenir les suites qu’une guérison indiscrete pourroit produire. Voyez Ulcere. (Y)