L’Encyclopédie/1re édition/DYNASTIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  DYNAMIQUE
DIONYSIAS  ►

DYNASTIE, s. f. (Hist. anc.) signifie une suite des princes d’une même race qui ont regné sur un pays. Les dynasties d’Egypte sont fameuses dans l’histoire ancienne, & ont fort exercé les savans. Pour en avoir une notion suffisante, il faut savoir qu’une ancienne chronique d’Egypte, dont parle George Syncelle, fait mention de trois grandes dynasties différentes. Celle des dieux, celle des demi-dieux ou héros, & celle des hommes ou rois. La premiere & la seconde ont duré, selon cette chronique, trente quatre mille deux cents trente & un an. On sent à la seule inspection de cette chronologie, qu’elle doit son origine à l’entêtement qu’avoient les Egyptiens de passer pour les plus anciens peuples de la terre. Quant à celle des rois, on ne la fait que de deux mille trois cents vingt-quatre ans depuis le regne de Menès premier roi d’Egypte, jusqu’à celui de Nectanebe II. sous lequel ce royaume fut conquis par Artaxerxès Ochus. Manethon prêtre égyptien, & qui a écrit l’histoire de sa patrie, compte 30 de ces dynasties de rois, & leur donne la durée de plus de cinq mille trois cents ans jusqu’au regne d’Alexandre. Il est pourtant facile de concilier son calcul avec le premier, en supposant qu’il a compté comme successives des dynasties qui concouroient ensemble, parce que plusieurs princes dont il fait mention ont regné dans le même tems sur diverses parties de l’Egypte ; ainsi il faut les regarder comme contemporaines & collatérales. Les dynasties de Manethon se divisent en deux parties principales. La premiere, qui contient dix-sept dynasties depuis Menès jusqu’au tems de Moyse, & dans ces dix-sept dynasties sept noms différens des familles de princes qui occuperent l’empire, & qui sont les Thinites, les Memphites, les Diospolites, les Héracléopolites, les Thanites, les Elephantins, & les Saïtes, ainsi nommés des villes de This, de Memphis, de Diopolis, d’Héracléopolis, de Thanis, d’Elephantide, & de Saïs, d’où sortoient ces princes, & où ils établirent le siége de leur domination. On compte deux dynasties, c’est-à-dire deux familles de Thinites, cinq de Memphites, quatre de Diospolites, deux d’Héracléopolites, deux de Tanites ou pasteurs, une d’Elephantins, & une de Saïtes. L’ordre, la durée du regne, & la succession de ces princes, est fort incertaine ; & il n’y a pas moins d’obscurité sur les 13 dernieres dynasties, qui sont celles des Diospolites, des Tanites, des Bubartites, des Saïtes, des Ethiopiens, des Perses, des Menderiens, & des Sebennites. Ces princes, dont le premier fut Amosis, posséderent toute la basse Egypte avec l’état de Memphis, qui avoit eu fort long-tems ses souverains particuliers. Il n’y eut que la haute Egypte ou la Thébaïde qui ne reconnut point leur puissance, parce qu’elle avoit ses rois séparés. Les différentes branches de ces princes ou se succédoient par mort, ou se déthronoient les unes les autres, ou étoient dépossédées par des étrangers, comme il arriva à la deuxieme dynastie des Saïtes, de l’être par Cambyse roi des Perses, & à celle des Sebennites de l’être par Artaxerxès Ochus. On conçoit aisément que dans un état sujet à d’aussi fréquentes révolutions, & où les princes de différentes dynasties ont souvent porté le même nom, il n’est guere possible, sans une extrème attention, de ne pas confondre & les regnes & les personnages. Sur l’époque du regne de Menès & la durée des dynasties d’Egypte, on peut s’en tenir à ce qu’en a écrit le P. Pezron dans son livre de l’antiquité des tems ; mais comme cet habile écrivain a varié, & a pris un système plus étendu dans sa défense de l’antiquité des tems, on peut aussi le corriger & le rectifier. Le chevalier Marsham dans son canon chronicus, a lui-même abrégé le tems de leur durée, & les fait commencer trop près du déluge. Ainsi cette question ne sera de long tems bien éclaircie. Chambers. (G)