L’Encyclopédie/1re édition/ECUREUIL

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  ECURETTE
ECURIE  ►

ECUREUIL, s. m. (Hist. natur. zoolog.) sciurus vulgaris, animal quadrupede, un peu plus gros qu’une belette, sans être plus long. La tête & le dos sont de couleur fauve, & le ventre blanc ; cependant il y a des écureuils noirs : on en voit de gris & de couleur cendrée en Pologne & en Russie. La queue de ces animaux est longue & garnie de grands poils, ils la portent recourbée sur le dos.

L’écureuil s’assied, pour ainsi dire, lorsqu’il veut manger : dans cette attitude le corps est dans une position verticale, & les pattes de devant sont libres ; aussi les piés lui servent de mains pour tenir & porter à sa bouche les noix, les noisettes & les glands, qui sont ses alimens les plus ordinaires : il préfere les noisettes, & en fait provision pendant l’été pour les manger en hyver. Cet animal habite dans des creux d’arbres, & y éleve ses petits. Il est si agile qu’il saute d’une branche à l’autre, & même il s’élance d’un arbre à un autre. On croit que les anciens le désignoient par le nom de mus ponticus, seu varius. Rai, synop. anim. quadrup. pag. 214.

M. Linnæus met l’écureuil dans la classe des animaux qui ont deux dents incisives allongées ; tels sont les hérissons, les porc-épics, les lievres, les lapins, les castors, les rats, &c. Selon cet auteur, les caracteres génériques de l’écureuil consistent en ce qu’il a quatre doigts dans les piés de devant, & cinq dans ceux de derriere ; que ses piés sont propres à grimper & à sauter, & qu’il n’a point de dents canines, Syst. nat. Lipsioe, 1748.

Par la méthode de M. Rai, l’écureuil est au nombre des animaux vivipares sissipedes qui se nourrissent de végétaux, & qui ont deux longues dents incisives à chaque mâchoire. Ils sont rassemblés sous un genre appellé genus leporinum, à cause du lievre qui en est la premiere espece ; les autres sont le lapin, le porc-épic, le castor, les rats, la marmotte, &c.

L’écureuil de Virginie, sciurus virginianus, cinereus major, est presqu’aussi gros qu’un lapin, & n’en differe pas beaucoup pour la couleur, car il est gris ; il a quatre doigts dans les piés de devant, & cinq dans ceux de derriere. Synop. anim. quadrup.

Les auteurs font mention d’autres écureuils étrangers ; savoir s’ils sont de la même espece que l’écureuil ordinaire, ou si c’est improprement qu’on leur a donné le nom d’écureuil : pour s’en assûrer il faudroit avoir des descriptions exactes de ces animaux. L’abus des noms n’est que trop fréquent en histoire naturelle ; nous en avons un exemple frappant dans l’écureuil volant, qui est un vrai chat si ressemblant à de certains rats, qu’on seroit tenté de croire que ceux qui l’ont nommé écureuil, n’avoient jamais vû ni écureuils, ni loirs, ni lerots. Voyez Lerot, Quadrupede. (I)