L’Encyclopédie/1re édition/EFFILÉ

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  EFFIGIER
EFFILER  ►

EFFILÉ, (Manége & Maréchall.) se dit par plusieurs personnes d’un cheval mince, long de corps, étroit de boyau. On se sert encore de cette épithete pour désigner le défaut d’une encolure molle, foible, trop déliée ; défaut directement opposé à celui d’une encolure courte, épaisse, trop charnue & trop chargée. Les encolures effilées sont molles & foibles, & le cheval ne peut par conséquent soûtenir un appui ferme, aussi bat-il sans cesse à la main, & donne-t-il à chaque moment des coups de tête. Voyez Encolure. (e)

Effilé. Voyez Mignardise.

Effilé, adj. (Rub.) Les effilés servent ordinairement, dans le deuil, à border les garnitures, manchettes, & fichus ; ils ont la même origine que les franges (voyez Franges), & de plus, un reste de l’ancienne coûtume où l’on étoit autrefois de déchirer les vêtemens lors de la mort de ses proches en signe de sa douleur : il y en a de plusieurs sortes & de différentes matieres, de soie crue, de fil retord ou plat. Ils se font à deux ou à quatre marches, & au battant : celui à deux marches est appellé effilé à deux pas ; celui à quatre marches est appellé effilé à carreau, parce qu’ayant deux coups de navette qui entrent dans la même duite, cela forme ce qu’on appelle le carreau : ce travail le fait paroître plus garni, de sorte qu’un effilé qui seroit tramé & avec huit brins, seroit dit être en seize. Ces diverses sortes d’effilés se font deux à la fois ; il y a dans le milieu six & même huit brins de gros fil de Bretagne qui se travaillent avec le reste, quoiqu’ils ne doivent pas y demeurer. Quand cet ouvrage est ôté de dessus le métier, on le coupe dans la longueur au milieu des six ou huit fils de Bretagne, qui n’y ont été mis que pour ce seul usage : après l’avoir coupé on ôte l’un après l’autre ces brins de fil de Bretagne, qui resserviront au même usage tant qu’ils dureront. Si l’on vouloit avoir deux effilés de diverses hauteurs, il n’y auroit qu’à laisser en le coupant un brin de fil de plus d’un côté que de l’autre. Il se fait des effilés plus composés, & qui ont jusqu’à huit ou dix têtes : ils se font par le moyen des retours, & sont appellés effilés à l’angloise.

Effilé, (Jardinage.) se dit d’une branche ou d’un arbre trop menu.