L’Encyclopédie/1re édition/ENFANTEMENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  ENFANT
ENFER  ►

Enfantement, s. m. (Méd. & Chirurg.) Voyez Accouchement ; mais comme cette opération naturelle a de grands besoins du secours de l’art, & que les chirurgiens qui s’y destinent, ne sauroient trop joindre à leur pratique & à leurs lumieres, l’étude des auteurs qui se sont attachés à la même profession, nous allons indiquer ici par supplément les principaux ouvrages de notre connoissance qui ont paru sur cette matiere en diverses langues, afin que ceux qui savent ces langues, & qui ne veulent rien négliger pour s’instruire, puissent se former une bibliotheque un peu complete des livres de leur métier : nocturnâ versate manu, versate diurnâ.

Auteurs latins. Becheri (Joh. Cour.) De παιδιοκρόνια inculpatâ ad servandam puerperam tract. Gissæ, 1729. 4°. bon sur l’opération césarienne.

Cypriani (Abraham) historia fœtus humani post xxj. menses ex uteri tubâ, matre salvâ ac superstite excisi. Lugd. Bat. 1700. 8°. c. f. c’est l’histoire d’un cas important en faveur de l’opération césarienne.

Deventer (Henrici) Ars obstetricandi. Lugd. Bat. 1701 & 1724. in-4°. ibid. 1725. fig. en François à Paris, 1733 & 1738, in-4°. avec fig. en Allemand Jenæ, 1717 in-8°. fig. & en d’autres langues. C’est ici le meilleur ouvrage qui ait encore paru sur l’art des accouchemens dans aucun pays.

Hoffmanni (Daniel) Annotationes de partu tam naturali quàm violento. Francof. 1710 in-8°. il faut lire ces remarques en medecin, & non pas en sévere législateur.

Prato (Jasonis) de pariente & partu liber. Basil. 1527. 8°. Amstel. 1657. 12. il ne méritoit pas d’être r’imprimé chez Blaeu.

Rhodionis (Eucharii) de partu hominis. Paris, 1536. in-12. &c. Francof. 1554. 8°. c. f. ce petit ouvrage a été autrefois fort recherché, & souvent r’imprimé.

Rueff (Jacob.) de conceptu & generatione hominis, lib. jv. cum icon. Tiguri, 1554. fig. 1580. 4°. & Francof. 1587. in-4°. Auctior in Gynæciorum libris à Spacchio. Argent. 1597. edit. fol. en haut Allemand à Francfort, 1660. 4°.

Solingen (Cornel.) de obstetricantium officiis & opere. Francof. 1693. in-4°. avec ses œuvres chirurgicales. L’original écrit en Hollandois, parut à Amst. en 1684. in-4°. & c’est un assez bon auteur.

Spachius (Israel) Gynæciorum libri illustrati. Argentorati, 1597. fol. Collection qui doit entrer dans la bibliotheque des Accoucheurs & des Medecins.

Auteurs François. Amand (Pierre) Nouvelles observations sur la pratique des accouchemens. Paris 1714. in-8. premiere édit. fig.

Bienassis (Paul) des divers travaux & enfantement des femmes, traduit du latin d’Eucharius Rhodion. Paris 1586. in-16.

Bourgeois (Louise) dite Boursier. Observations sur la stérilité, pertes de fruit, fécondité, les accouchemens, maladies de femmes, & enfans nouveau-nés. Paris, 1626. in-8. 1653. traduit en Hollandois & en Allemand, il est devenu rare.

Bury (Jaccues) Le propagatif de l’homme, & secours des femmes en travail d’enfant. Paris, 1623. in-12. fig. mauvais ouvrage.

Dionis (Pierre) Traité des accouchemens. Paris, 1718. 1724. in-8. fig.

Du tertre (Marguerite) Instruction des Sages-femmes. Paris, 1677. in-12. très-médiocre.

Duval (Jacques) Traité des Hermaphrodites, & de l’accouchement des femmes. Rouen, 1612. in-8. il est rare.

Fournier (Denis) l’Accoucheur méthodique. Paris, 1677. in-12. il ne mérite aucune estime.

Gervais de la Touche. L’industrie naturelle de l’enfantement contre l’impéritie des Sages-femmes. Paris, 1587. in-8. On le lisoit avant que Mauriceau parût.

Guillemeau (Jacques) de la grossesse & accouchement des femmes. Paris, 1621. in-8. fig. 1643. in-8. fig. Il y a du savoir dans cet ouvrage.

Instruction familiere & utile aux sages-femmes pour bien pratiquer les accouchemens. Paris, 1710. in-12. bon.

Levret (André) Observations sur les causes & les accidens de plusieurs accouchemens laborieux, avec des remarques, &o. Paris, 1747. in-8. c. f. 1750. seconde édit. Il faut qu’un praticien se munisse de livres de ce genre.

Marche (la Dame de la) Instructions utiles aux Sages-femmes. Paris 1710. & 1723. in-12. bon à recommander aux Accoucheurs.

Mauriceau (Fr.) Traité des maladies des femmes grosses. Paris, 1681. in-4. premiere édit. 1728. 2 vol. in-4. sixieme édit. Voilà le premier praticien du monde, celui à qui toute l’Europe est redevable de l’art des accouchemens & de ses progrès. Son ouvrage est traduit dans toutes les langues, & le mérite bien.

Mesnard (Jacques) le guide des accouchemens. Paris, 1743. in-8. avec fig.

Motte (Guillaume Mauquest de la) Traité des accouchemens. Paris, 1715. premiere édit. in-4. Ce livre est plein d’excellentes observations.

Peu (Philippe) Pratique des accouchemens. Paris, 1694. in-8.

Portal (Paul) la pratique des accouchemens. Paris, 1685. avec fig. premiere édit. in-8. fig. & Amst. 1690. in-8. en Hollandois.

Recueil général des caquets de l’accouchée. Paris, 1623. in-8. Ce recueil ne nous a rien appris, & il falloit nous instruire.

Rousset (François) Traité nouveau de l’Hysterotomotochie ou de l’enfantement césarien. Paris, 1581. in-8. premiere édit. en Allemand, par Melchior Sebisius. Strasb. 1583. in-8. en latin, par Casp. Bauhin, avec des additions. Basil. 1589. in-8. ibid. 1591. in-8. c. f. Francof. 1601. in-8. c. f. rare & curieux.

Ruleau (J.) Traité de l’opération césarienne, & des accouchemens difficiles & laborieux. Paris, 1704. in-12. premiere édit. curieux aussi.

S. Germain (Charles de) Traité des Fausses-couches. Paris, 1655. in-8.

Viardel (Cosme) Observations sur la pratique des accouchemens. Paris, 1681. Auteur médiocre qu’on a pourtant traduit en Allemand.

Auteurs Anglois. Braken (Henrici) A. Treatise of Midwifery. Lond. 1737. in-8. bon à consulter.

Chamberlain. Practice of Midwifery. London, 1665. in-8. C’est le Mauriceau d’Angleterre, un des premiers qui ait acquis de la célebrité sur la pratique des accouchemens ; mais on l’a beaucoup perfectionné depuis.

Chapman (Edmund) A Treatise on the improvement of Midwifery, chiefly with regard to the operation. London, 1733. in-8. premiere édit. ibid. 1738, in-8. bon à consulter.

Giffard (William) Two hundred and twenty five cases in Midwifery. London, 1733. in-8. bon parce que ce sont des observations.

Hody (Edward) Cases in Midwifery by William Giffard revis’d. Lond. 1734. in-8. c. f. bon encore par la même raison.

J. P. The compleat Midwife’s Practice. Lond. 1699, in-8. c. f.

Manningham (Richard) Artis obstetricandi compendium theoriam & praxim spectans. Lond. 1739, in-4. Hamb. 1746. in-4. c. f. avec des augmentations C’est ici la meilleure édit. pour les choses.

Mowbray (John) The Female Physician, &c. London, 1725 in-8. With Copper-plates.

Ould (Thielding) A Treatise of Midwifery in three parts. London, 1720. in-8. fig. C’est un des livres médiocres d’Angleterre sur cette matiere.

Sermon (William) The english Midwife. Lond. 1671. in-8. c. f. Traité tombé dans l’oubli, quoiqu’il ait paru après celui de Chamberlain.

Sharp (Mrs.) The compleat Midwife’s Companion. Lond. 1737. in-8. malgré le titre, c’est peu de chose.

Stone (Sarah) A complete Practice of Midwifery. London, 1737. in-8. On a encore plus promis dans le titre de ce livre, qu’on n’a tenu dans l’exécution.

Auteurs Allemands. Boëkelman (André) Controverses sur l’extraction du fœtus mort, en Allemand, mais originairement en Hollandois. Amst. 1697. in-8. bon.

Eckhardi, unvorsichtige Hebamme, c’est-à-dire, la sage-femme imprudente. Lips. 1715. in-8. utile.

Homburgen (Anna Elys.) Unterricht der Hebammen ; c’est-à-dire, instruction des sages-femmes. Hannov. 1700. in-8.

Hoorn. (Joh. Von.) Art des accouchemens, en Suédois. Stockolm, 1697 & 1726. in-8. avec fig. C’est un des bons manuels qu’on ait en langue Suédoise, pour instruire les accoucheuses.

Richters (E. C.) Allezeit vorsichtige Web-mutter. Francof. 1738. in-8. bon.

Sigemundi (Justina) Brandenburgische Hoff-Webmutter. Berolini 1689 & 1708. in-4. Fort bon ouvrage, & je crois le meilleur qui ait paru en langue Allemande.

Sommers (Joh. Georg.) Hebammen Schul. c’est-àdire, école des accoucheuses. Coburg. 1664. in-12. ibid. 1691. 1715. in-12. avec fig.

Sterren (Dyonisius Van-der) Traité de l’accouchement césarien, originairement en Hollandois à Leyden. 1682. in-12. Tout ce qui a été dit sur l’opération césarienne doit être recueilli.

Voëlters (Christophor.) Hebammen Schul ; c’est-à-dire, l’ecole des accouchemens ; Stutgnard. 1679. in-8. On peut aller à meilleure école qu’à celle de cet Auteur.

Welschens (Gottfred) Kinder-mutter, und Hebemmen-Buch. Witteb. 1671. in-4. Ouvrage très-médiocre

Widmannia (Barbara) anweisung Christilichen Hebammen ; c’est-à-dire, la sage-femme Chrétienne éclairée. Augustæ Vindel. 1735. in-8. utile aux accoucheuses.

Auteurs Italiens. Melli (Sebastiano) La Commare levatrice istrutta del suo officio. con fig. Venet. 1721. in-4. bon.

Mercurio (Scipione) la Commare, o, Riccogitrice in Venez. 1604. in-4. premiere édit. in Milano 1618. in-8. in Verona 1641. in-4. avec fig. sur bois. ibidem 1662. in-4. avec fig. en Allemand. Wittemb. 1671. & à Leipsig. 1692. avec fig. curieux & fort rare.

Santorini (Giovan Domenico) Historia d’un Feto felicimente estratto. Venezia, 1727. in-4. On peut compter sur les observations de cet habile Anatomiste.

Je n’ai pas besoin de remarquer en finissant ma liste, qu’on trouve sur les accouchemens d’excellentes observations semées dans les mém. de l’Acad. des sciences & de chirurgie de Paris ; les Transactions philosophiques de Londres, les actes de la societé d’Edinbourg, & autres semblables. Il seroit à souhaiter que le tout fût réuni en un seul corps pour l’utilité des gens de l’art. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Enfantement, douleurs de l’(Medec.) ce sont celles qui sont particulieres à la femme grosse, qui annoncent & qui précedent sa prochaine délivrance ; état bien touchant & bien intéressant pour l’humanité.

C’est dans cet état que la femme grosse devient ordinairement très-attentive à toutes les révolutions qui se font en elle. On ne peut raisonnablement blâmer ses frayeurs & sa prévoyance ; personne ne doit être plus intéressé qu’elle à la conservation de sa vie, & à celle du fruit qu’elle porte dans son sein. Elle va joüer le rôle le plus grave & le plus pénible dans l’action qui s’approche. En conséquence, les moindres douleurs qu’elle souffre ne manquent pas de l’allarmer, sur-tout dans sa premiere grossesse ; & le sentiment ou la connoissance du péril qu’elle peut courir, la presse d’appeller à son aide une habile accoucheuse, ou, ce qui vaut encore mieux, un accoucheur consommé.

Ceux-ci instruits par leurs lumieres & par leur expérience, commencent d’abord par examiner soigneusement & très-scrupuleusement l’espece de douleurs de la femme grosse. Cet examen est de la derniere importance ; parce que d’un côté il seroit très-imprudent de retarder un travail réel, & de l’autre ce seroit exposer la vie de la femme & celle de son enfant que de hâter, par les secours de l’art, une opération qui n’est pas encore préparée par les secrets de la nature. Je sai bien que les femmes qui ont eu plusieurs enfans, se croyent capables de distinguer les vraies douleurs de l’enfantement de celles qui proviennent de toute autre cause ; mais outre qu’elles s’abusent d’ordinaire, l’accoucheur lui-même, quoique très-éclairé dans son art, s’y trompe quelquefois. Il importe donc de parcourir les signes ici les plus distinctifs auxquels on peut reconnoître les fausses douleurs des véritables.

Les douleurs qui ne partent point de la matrice, qui ne la dilatent point, qui ne portent point en embas, qui paroissent long-tems avant le terme, qui ne sont pas précédées de l’écoulement des eaux, sont ce qu’on appelle douleurs fausses, c’est-à-dire qui ne caractérisent point l’enfantement prochain. Ces douleurs fausses proviennent quelquefois des vents renfermés dans les intestins, que l’on reconnoît au murmure qui se fait dans le bas-ventre ; quelquefois de tenesmes, d’envies continuelles d’aller à la selle par la compression de l’uterus sur le rectum : d’autres fois une grande émotion ou des passions vives suffisent pour exciter sur la fin de la grossesse des douleurs violentes, sans qu’elles annoncent la délivrance prochaine.

Les douleurs vraies de l’enfantement commencent dans la région lombaire, s’étendent du côté de la matrice, rendent le pouls plus plein, plus fréquent, & plus élevé ; elles donnent de la couleur, parce que le sang est porté au visage avec plus de vitesse & en plus grande quantité ; elle se rallentissent & redoublent par intervalles. La douleur qui suit, est toûjours plus grande que celle qui l’a précédée, ensorte qu’on peut dire que c’est par un accroissement successif des douleurs qu’une femme est conduite à l’enfantement qui les termine.

Les douleurs vraies se distinguent encore des douleurs de colique, en ce que ces dernieres se dissipent ou du moins reçoivent quelque soulagement par l’application des linges chauds sur l’abdomen, l’usage interne des émolliens onctueux, la saignée, les lavemens adoucissans, &c. au lieu que tous ces moyens semblent exciter plus fortement les véritables douleurs de l’enfantement.

Un autre signe assez distinctif, est le lieu de la douleur ; dans les coliques venteuses, l’endroit de la douleur est vague : dans l’inflammation il est fixe, & a pour siége les parties enflammées ; mais les douleurs de l’enfantement sont alternatives, déterminées vers la matrice avec resserrement & dilatation successive, & répondent toûjours en-embas.

On soupçonne toutes les douleurs qu’une femme souffre avant le neuvieme mois, d’être fausses, & par conséquent on ne doit pas chercher à les augmenter : s’il arrivoit néanmoins qu’au septieme mois de la grossesse une femme entrât réellement en travail, il faudroit non seulement ne le point retarder, mais le hâter avec prudence.

Au surplus, ce qu’il y a de mieux à faire, pour n’être point trompé dans cette occasion, c’est de toucher l’orifice de la matrice ; & son état fournira les notions les plus certaines sur la nature des douleurs, & les signes caractéristiques du futur accouchement. Si les douleurs sont fausses, l’orifice de la matrice se refermera plus étroitement qu’auparavant dès qu’elles seront passées ; si elles sont vraies, elles augmenteront la dilatation de l’orifice de la matrice. Ainsi l’on décidera du caractere des douleurs, en touchant l’utérus avant & après ; en effet, lorsque la matrice agit sur l’enfant qu’elle renferme, elle tend à surmonter la résistance de l’orifice qui se dilate peu-à-peu. Si l’on touche cet orifice dans le tems des douleurs, on sent qu’il se resserre ; & lorsque la douleur est dissipée, l’orifice se dilate de nouveau. Ainsi par l’augmentation des souffrances, & par le progrès de la dilatation de l’orifice, lorsqu’elles seront cessées, on peut s’assûrer de la nature des douleurs, juger assez bien du tems de l’accouchement prochain, & diriger sa conduite en conséquence.

Les douleurs avant-courieres de l’enfantement, sont celles qui se font sentir à l’approche du travail pendant quelques heures, & même quelquefois pendant plusieurs jours : on les appelle mouches. Quoique les femmes en soient très-fatiguées, elles leur sont extrèmement salutaires ; ce sont elles qui produisent la dilatation successive de l’orifice de la matrice ; elles contribuent à la formation des eaux ; elles poussent l’enfant dans une situation propre à sortir ; elles préparent les passages qui se trouvent enduits d’une humeur émolliente & mucilagineuse qu’elles expriment de la matrice ; & peut-être servent-elles encore à détacher le placenta de la surface intérieure de l’utérus, détachement qui précede immédiatement la naissance de l’enfant. Je dis que la femme grosse éprouve quelquefois de pareilles douleurs pendant plusieurs jours ; c’est pourquoi l’accoucheur seroit imprudent de la mettre en travail, avant que les autres raisons décisives & réunies ensemble ne l’y déterminassent.

Enfin, comme il se fait souvent dans les femmes prêtes d’accoucher des mouvemens violens, soit dans le visage, les yeux, les levres, soit dans les bras, soit dans les organes de la respiration, soit dans le bas-ventre, soit dans les parties inférieures du corps ; ces mouvemens impétueux & presque convulsifs sont la voix de la nature même, qui apprend, qui crie à l’accoucheur, que les vraies douleurs de la femme grosse sont parvenues au degré de violence nécessaire pour l’expulsion de l’enfant, lequel à son tour aura besoin en naissant de secours de toute espece, incapable de faire aucun usage de ses organes, & de se servir de ses sens ; image de misere, de souffrances & d’imbécillité ! Article de M. le Chevalier de Jaucourt.