L’Encyclopédie/1re édition/ENKISTÉ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ENLARMER  ►

ENKISTÉ, ÉE, adj. terme de Chirurgie, ce qui est renfermé dans un kiste, c’est-à dire dans une membrane ou issue en forme de poche. On appelle tumeurs enkistées, abcès enkistés, des tumeurs & des abcès qui sont enveloppés d’une membrane : tels sont l’athéome, le méliceris, le stéatome, &c. Ce mot est formé du grec ἐν, in, en, dans, & de κύστις, cystis, sac, vessie.

La membrane qui fait cette poche n’est pas nouvellement formée dans la partie, comme on pourroit le déduire de la théorie de quelques auteurs sur cette maladie. On connoît un tissu folléculeux qui sépare toutes les parties les unes des autres, & qui en est le lien. S’il se fait un amas contre nature d’une humeur quelconque dans une de ces cellules, par son accroissement il étendra les parois de cette cellule, & les collera aux parois membraneuses des cellules circonvoisines qu’il oblitérera. C’est ainsi que commence le kiste, toûjours formé par la cohérence de plusieurs feuillets de la membrane cellulaire. A mesure que la tumeur augmente, la poche membraneuse s’épaissit par la réunion d’un plus grand nombre de feuillets. Le kiste est formé de la substance préexistente de la partie. Ces connoissances justifient le dogme pratique des anciens. L’expérience, qui est la même dans tous les siecles aux yeux des bons observateurs, leur avoit montré que pour la guérison de ces sortes de tumeurs, il ne falloit pas se contenter de les ouvrir, mais qu’il falloit extirper la poche ou sac qui renfermoit la matiere. Pour y parvenir, on fait communément une incision cruciale aux tégumens de la tumeur ; on les disseque sans intéresser le kiste, qu’on emporte en totalité, s’il est possible. Ses adhérences à quelques parties qu’il seroit important de ménager, est une raison pour s’abstenir d’une dissection trop recherchée. Alors on attend de la suppuration la chûte ou plûtôt le détachement de la portion membraneuse qui reste du kiste. Quand les humeurs enkistées sont d’un volume considérable, l’extirpation, suivant la méthode décrite, feroit une plaie énorme. Si le kiste n’est pas trop épais, on peut, par un procédé plus doux, se contenter de fendre la tumeur des deux côtés, & de passer une bandelette de linge effilé en forme de séton, d’une ouverture à l’autre, pour conduire dans tout le trajet les medicamens nécessaires pour faire suppurer le kiste.

Il y a des pierres enkistées dans la vessie. M. Houstet de l’académie royale de Chirurgie, a donné dans le premier volume des mémoires de cette compagnie des observations particulieres qu’il a jointes à celles qui avoient été communiquées précédemment à l’académie, sur cette matiere. L’existence de ces sortes de pierres est constatée ; & l’auteur rend son mémoire aussi utile qu’il est curieux, en traitant des opérations qu’on peut tenter, & de celles qui ont été pratiquées pour faire l’extraction de ces pierres.

La fig. 4. de la Planche V. de Chirurgie représente une vessie ouverte par sa partie antérieure, derriere les os pubis qui sont renversés en-devant : on y voit une pierre logée dans une cellule formée par la membrane interne de la vessie. (Y)