L’Encyclopédie/1re édition/ENTABLEMENT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

ENTABLEMENT, s. m. du latin tabulatum, plancher, (Architecture.) Sous ce mot on entend la partie qui couronne la colonne, ou le pilastre. Il a, selon Vignole, le quart de l’ordre ; selon Palladio, le cinquieme, & selon Scamozzi, entre le quart & le cinquieme. Les autres commentateurs de Vitruve sont aussi d’avis différent, mais les trois que nous citons sont le plus généralement approuvés, & peuvent être employés avec succès suivant ces trois mesures, selon qu’ils couronnent un édifice qui a plus ou moins d’étendue, plus ou moins d’élévation, ou qui doit être apperçû d’un point de distance plus ou moins éloigné.

L’entablement est nommé improprement, par Vitruve & Vignole, ornement : il ne faut pourtant pas confondre ces deux mots ; car l’entablement, qui est une partie essentielle de l’ordre, est lui-même susceptible d’ornement, en plus ou moins grande quantité, selon qu’il appartient à un ordre viril ou délicat. On dit : cet entablement couronne bien cet édifice ; les ornemens qui y sont appliqués sont d’un beau choix : les ornemens sont donc les parties de détail de l’entablement ; celui-ci en est la totalité.

L’entablement en général est composé de trois parties ; savoir, de l’architrave (voyez Architrave), de la frise (voyez Frise), & de la corniche (voyez Corniche). Le rapport le plus parfait que l’on puisse donner à ces trois membres, est de faire en sorte que l’architrave soit à la frise, ce que la frise est à la corniche. Les entablemens toscan & ionique de Vignole sont disposés ainsi ; dans le premier l’architrave a 12 pouces, la frise 14, & la corniche 16 pouces : dans le second l’architrave 1 module , la frise 1 module , & la corniche 1 module  : les autres entablemens de cet auteur sont moins réguliers. Plusieurs architectes sont leur corniche égale à leur architrave ; Serlio fait les trois membres de l’entablement toscan égaux. (Voyez le Parallele de M. de Chambrai.) Rien n’est plus propre à diriger le goût que de constater les rapports qu’on doit observer entre les parties & le tout, non-seulement de l’entablement dont nous parlons, mais aussi de l’ordre en général, qui nécessairement doit donner le ton à toute la décoration d’un édifice, soit qu’on y employe les ordres, soit qu’on veuille seulement n’en emprunter que l’expression. (P)