L’Encyclopédie/1re édition/ETANG

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  ETANFICHE
ETAPE  ►

ETANG, s. m. (Géog.) en latin stagnum ; mot, dit Varron, formé du grec στεγνὸν, quod non rimam habet. L’étang est un amas d’eaux dormantes qui ont quelque profondeur, & qui sont fournies, soit par les pluies, soit par quelques sources peu considérables. Il differe du lac en ce que le lac est plus grand, plus profond, qu’il reçoit & forme quelque riviere ou ruisseau ; au lieu que l’étang n’en forme, ni n’en reçoit. Il differe de la mare en ce que la mare est plus petite, moins profonde, & plus sujette à se dessécher durant l’été.

En France nous entendons communément par le mot d’étang, un réservoir d’eaux douces dans un lieu bas, fermé par une digue ou chaussée, pour y nourrir du poisson ; & c’est ce que les anciens Latins nommoient piscina. Un des plus considérables étangs du royaume, est celui de Villers dans le Berri à dix lieues de Bourges, qui, lorsqu’il est dans son plein, a cinq ou six lieues de tour.

L’endroit le plus favorable pour un étang, sera large, spacieux, enfoncé d’un côté, & relevé de l’autre. Il faudra pouvoir y rassembler huit à dix piés d’eau. On en formera la chaussée, ou le mur destiné à soûtenir l’effort des eaux, des meilleurs matériaux. On la fortifiera avec des pieux enfoncés profondément en terre, entre lesquels on placera des branches d’arbres, des épines, des osiers entrelacés & serrés. On pratiquera à une des extrémités de l’étang une ouverture, par laquelle l’eau superflue puisse s’écouler ; & une autre au fond de l’étang, par laquelle on puisse le vuider. Il faudra faire griller ces ouvertures. Celle par laquelle l’étang se vuidera, s’appelle la bonde. On voit qu’elle doit être à l’endroit le plus bas. Un terrein ne fournissant pas toutes sortes de graines, un étang ne nourrit pas toutes sortes de poissons. C’est au mois de Mai qu’on empoissonne un étang. Il faut un millier d’alvin ou de petits poissons par arpent. On ne pêchera son étang que de cinq ans en cinq ans, si l’on veut avoir une belle pêche. Cette pêche se fera en Mars. Pour cet effet on met l’étang à sec, & l’on prend tout ce qui ne doit pas servir d’alvin.

On voit dans les Indes quantité d’étangs faits & ménagés avec industrie, pour fournir de l’eau de pluie pendant la sécheresse de l’été aux habitans qui sont trop loin des rivieres, ou dont le terroir n’est pas propre à creuser des puits. Voyez Citerne.

Les étangs salés sont des amas d’eaux de la mer qui n’ont qu’une issue. Quand la marée est haute, elle se répand dans ces sortes d’étangs, & les laisse remplis lorsqu’elle se retire. Il y en a plusieurs dans le monde. Nous en connoissons quelques-uns dans ce royaume, & entre autre celui qu’on appelle l’étang de Languedoc ou de Maguelone : c’est même une espece de lac qui se décharge dans le golfe de Lyon. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

* Etang, s. m. (Enclum.) ceux qui fabriquent les enclumes appellent ainsi le réservoir d’eau creusé en terre, où ils trempent ces masses de fer quand elles sont forgées. Il faut que l’étang soit d’une capacité proportionnée à la force de la piece à tremper ; sans cette précaution, l’eau n’étant pas assez long-tems fraîche, la trempe en pourra être altérée.