L’Encyclopédie/1re édition/FASCIA-LATA

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  FASCEAUX

FASCIA-LATA, (Anatomie.) un des muscles de la cuisse & de la jambe : son nom latin s’est conservé dans notre langue, & est beaucoup plus usité que celui de membraneux, qui lui est donné par un petit nombre de nos auteurs.

Il a son attache fixe antérieurement à la levre externe de la crête de l’os des îles, par un principe en partie charnu & en partie aponévrotique. Le corps charnu de ce muscle, qui n’a guere plus de cinq travers de doigt de longueur sur deux ou trois de largeur, est logé entre les deux lames d’une aponévrose, dans laquelle ce muscle se perd par un grand nombre de fibres tendineuses très-courtes. C’est la grande étendue de cette aponévrose qui a fait donner à ce muscle le nom de fascia-lata, c’est à dire bande large, quoique ce nom semble plûtôt devoir appartenir à l’aponévrose qu’au muscle même : M. Winslow le nomme le muscle du fascia lata.

Cette aponévrose est attachée antérieurement à la levre externe de la crête des os des îles, depuis l’épine antérieure & supérieure de cet os, jusqu’environ le milieu de cette crête ; elle s’attache ensuite au grand trochanter, & postérieurement vers le milieu du fémur & à la partie supérieure du péroné ; après quoi elle se continue tout le long du tibia, en s’attachant à sa crête, & se termine enfin à la partie inférieure du péroné. Dans ce trajet, cette aponévrose couvre les muscles qui lui répondent ; savoir, une portion considérable du grand & du moyen fessier, tous les muscles qui sont couchés le long de la cuisse, principalement ceux de sa partie latérale externe, & ceux qui sont couchés antérieurement le long de la jambe entre le tibia & le péroné.

Cette aponévrose reçoit encore un très-grand nombre de fibres des muscles qu’elle couvre ; mais sur-tout du grand & du moyen fessier, de la courte tête du biceps muscle de la jambe, des péroniers, du jambier antérieur, & du long extenseur des orteils, avec tous lesquels muscles cette aponévrose se trouve comme confondue. Il est même à remarquer, à l’égard de la plûpart de ces muscles, que cette aponévrose leur fournit des cloisons qui les séparent les uns des autres. La même chose s’observe à l’aponévrose qui couvre les muscles de l’avant-bras, & principalement ceux qui sont couchés extérieurement entre ses deux os.

Nous venons de donner la description du fascia-lata d’après les plus grands maîtres ; mais il faut convenir que cette enveloppe tendineuse, qui embrasse les muscles de la partie antérieure de la cuisse, & qui communique avec plusieurs autres, est aussi difficile à décrire qu’à démontrer, parce qu’il n’est pas aisé d’en reconnoître les bornes ; de sorte qu’il ne faut pas s’étonner que les Anatomistes ne s’accordent point sur son étendue. Quoique tous les muscles qui composent la cuisse soient recouverts par une enveloppe qui paroît être continue, on peut cependant dire que le fascia-lata n’embrasse que les quatre antérieurs, & que tout ce qui est postérieurement ne lui appartient point. En effet, les cloisons tendineuses qui séparent les muscles vastes des muscles postérieurs, semblent être formées du concours de deux membranes, paroissant plus fortes & plus épaisses que les parties qui les produisent prises séparément. Le fascia-lata est donc une partie aponévrotique, qui enveloppe les quatre muscles qui font l’extension de la jambe, appellés droit, crural, vaste interne, & vaste externe.

Cette membrane a plusieurs usages ; car outre qu’elle forme une gaine très-solide qui contient les quatre muscles que nous venons de nommer, elle reçoit le tendon de l’épineux, & une partie de celui du grand & du moyen fessier : elle fournit de plus une attache solide à une partie du petit fessier, du vaste externe, & de la petite tête du biceps. La membrane qui recouvre le grand fessier, & qui produit des cloisons particulieres pour les trousseaux des fibres dont ce muscle est composé, peut être regardée comme une production du fascia-lata, qui communique encore avec le ligament inguinal & l’aponévrose de l’oblique externe.

Les Chirurgiens doivent soigneusement observer que lorsqu’il se forme un abcès sous le fascia-lata, le pus s’échappe aisément dans l’interstice des muscles qui sont au-dessous, parce que la matiere de l’abcès a plus de facilité à se glisser dans l’espace de ces chairs flexibles, qu’à pénétrer le tissu de la membrane qui forme le fascia-lata lequel est fort serré. Il faut alors, pour prévenir cet épanchement du pus entre ces muscles, faire une grande incision selon la longueur de cette membrane, afin de donner une issue suffisante au pus contenu dans le sac de l’abcès, & empêcher qu’il n’y fasse un long séjour : pour cet effet, après l’incision faite, il faut glisser le doigt indice sous la membrane, & en rompre & détacher toutes les adhérences, afin que le pus sorte librement de toutes parts. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.