L’Encyclopédie/1re édition/FAVORI, FAVORITE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FAVORI, FAVORITE, adject. m. & f. (Hist. & Morale.) Voyez Faveur. Ces mots ont un sens tantôt plus resserré tantôt plus étendu. Quelquefois favori emporte l’idée de puissance, quelquefois seulement il signifie un homme qui plaît à son maître.

Henri III. eut des favoris qui n’étoient que des mignons ; il en eut qui gouvernerent l’état, comme le duc de Joyeuse & d’Epernon : on peut comparer un favori à une piece d’or, qui vaut ce que veut le prince. Un ancien a dit : qui doit être le favori d’un roi ? c’est le peuple. On appelle les bons poëtes les favoris des Muses, comme les gens heureux les favoris de la fortune, parce qu’on suppose que les uns & les autres ont reçu ces dons sans travail. C’est ainsi qu’on appelle un terrain fertile & bien situé le favori de la nature.

La femme qui plaît le plus au sultan s’appelle parmi nous la sultane favorite ; on a fait l’histoire des favorites, c’est-à-dire des maîtresses des plus grands princes. Plusieurs princes en Allemagne ont des maisons de campagne qu’on appelle la favorite. Favori d’une dame, ne se trouve plus que dans les romans & les historietes du siecle passé. Voyez Faveur. Article de M. de Voltaire.