L’Encyclopédie/1re édition/FEMUR

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  FEMME
FENDERIE  ►

FEMUR, s. m. (Anat.) est le nom latin de l’os de la cuisse ; nom que les Anatomistes ont conservé. On l’appelle en grec μηρὸν.

Cet os est le plus considérable & le plus fort des os cylindriques : il se porte de dehors en-dedans. Les femurs très-écartés supérieurement, se touchent presque vers les genoux. Un des principaux avantages de cette situation, est de donner plus de vîtesse & de sûreté à notre démarche. Si les femurs eussent été paralleles, notre corps auroit été obligé de décrire une portion de cercle à chaque enjambée, & notre centre de gravité auroit été trop en danger de n’être pas soûtenu. Afin que les femurs qui tendent obliquement l’un vers l’autre, puissent s’appuyer sur les jambes, dont la situation est perpendiculaire, leur extrémité inférieure est un peu recourbée en-dehors.

La partie inférieure du femur présente une tête grosse & polie, dans laquelle on observe un creux spongieux : dans ce creux spongieux est fixé un ligament appellé improprement ligament rond. Cette partie plus déliée au-dessous de la tête, qu’on appelle le cou de l’os femur, a un grand nombre de trous, dans lesquels pénetrent, suivant quelques-uns, des vaisseaux nourriciers, & selon d’autres, les fibres d’un ligament fort, annulaire, qui s’attache encore à un rebord rude, qu’on trouve à la racine de ce cou. Ce ligament contient & assujettit toute l’articulation ; l’obliquité du cou, qui est presqu’horisontal, augmente l’écartement des femurs, dont nous avons déjà parlé, & donne une position favorable aux muscles, qui sont par-là plus éloignés du point fixe, & dont quelques-uns joüent par un levier coudé, le cou du femur faisant un angle obtus avec le reste de l’os qui tend en-bas.

La partie supérieure du femur a deux apophyses, qui ne sont (aussi-bien que la tête) que des épiphyses dans un âge tendre ; on appelle ces apophyses trochanters : l’un est grand & externe, l’autre petit & interne. Ces deux processus ont reçu le nom de trochanters, parce qu’ils servent à l’insertion de ces muscles, qui sont les principaux instrumens du mouvement de rotation de la cuisse, ou bien parce que le mouvement de rotation y est plus sensible que dans le corps du femur.

L’extrémité inférieure du femur est beaucoup plus grosse qu’aucune de ses parties : elle forme deux tubérosités qu’on appelle condyles, séparés par une cavité considérable, & s’articule par ginglyme avec le tibia. On y remarque deux cavités ; l’une antérieure, pour le mouvement libre de la rotule ; l’autre postérieure, où les vaisseaux cruraux sont enveloppés dans la graisse. On trouve quelquefois des os sésamoïdes sur ces condyles, principalement sur l’extérieur. Nous ne dirons rien des ligamens & des muscles qui s’attachent à cette extrémité de l’os femur, qui n’est qu’une épiphyse dans la jeunesse.

Ce que le corps de l’os femur présente de plus singulier, c’est sa courbure. Il est convexe extérieurement, & voûté par derriere ; l’utilité & la cause de cette courbure sont assez inconnues. Il semble que deux remarques ayent échappé aux auteurs qui en ont fait la description : la premiere, que le plus grand angle de cette courbure est plus proche de la partie supérieure du femur, ce qu’on pourroit attribuer à la résistance de la rotule, contre laquelle cet os arc-boute ; peut-être la courbure même du femur est-elle produite par le poids du corps dans les enfans qui s’abaissent, & ne peuvent fléchir le genou.

La seconde remarque est que le corps du femur paroît être tors en quelque maniere ; un plan qui passeroit par les centres des deux condyles, & par le milieu de l’os, feroit un angle très-remarquable avec un autre plan qui passeroit par ce même milieu, & par les centres de la tête du femur & du trochanter-major. (g)