L’Encyclopédie/1re édition/FERALES

La bibliothèque libre.
◄  FERABATH

FERALES, (Hist. anc.) nom d’une fête que les anciens Romains célébroient le 12 Février à l’honneur des morts. Voyez & Manes.

Varron dérive ce mot de inferi ou de fero, parce qu’on portoit un repas au sépulcre de ceux auxquels on rendoit ce jour-là les derniers devoirs. Festus le dérive de fero, par la même raison, ou de ferio, parce qu’on immoloit des victimes. Vossius observe que les Romains appelloient la mort fera, cruelle, & que delà peut venir feralia. Dictionn. étymol.

Macrobe, Saturn. l. I. c. xiij. en rapporte l’origine à Numa Pompilius. Ovide, dans ses Fastes, remonte jusqu’à Enée pour en trouver l’origine, & les décrit. Il dit encore qu’en ce jour on faisoit aussi un sacrifice à la déesse Muta, ou muette, & que c’étoit une vieille femme accompagnée de jeunes filles, qui faisoit ce sacrifice. Dictionn. de Trév. & Chambers.

Cette fête ayant été long-tems négligée à Rome depuis sa premiere institution, à cause des guerres continuelles, Ovide raconte au second livre des Fastes, que cette ville fut desolée par la peste, & qu’on jugea que ce fléau étoit un effet de la vengeance des dieux Manes. Les esprits étant aussi malades que les corps, on vit, dit-on, les ombres des morts sortir de leurs tombeaux, se promener dans les campagnes & dans les rues de la ville avec des hurlemens affreux. On ne trouva point d’autre remede à cette desolation, que de rétablir les cérémonies négligées, feralia : la peste cessa, & les Manes appaisés retournerent dans leurs tombeaux ; il falloit bien que cela arrivât. (G)