L’Encyclopédie/1re édition/FOIRIAO ou FOQUEUX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  FOIRE

* FOIRIAO ou FOQUEUX, (Hist. mod.) nom d’une secte de la religion des Japonois, ainsi appellée d’un livre de leur doctrine qui porte ce nom. L’auteur de la secte fut un homme saint appellé Xaca, qui persuada à ces peuples que les cinq mots inintelligibles, nama, mio, foren, qui, quio, contenoient un mystere profond, avoient des vertus singulieres, & qu’il suffisoit de les prononcer & d’y croire, pour être sauvé. C’est en vain que nos missionnaires leur prêcherent que ce dogme renversoit toute la Morale, encourageoit les hommes au crime, & qu’il n’y avoit rien qu’on ne fût tenté de faire, quand on croyoit pouvoir tout expier à si peu de frais ; d’ailleurs, que ces mots étoient vuides de sens ; que ne rappellant aucune idée, ou ne rappellant que des idées qu’il leur étoit défendu d’avoir sous peine d’hérésie, on faisoit dépendre leur salut éternel du caprice des dieux ; & qu’il vaudroit autant qu’ils eussent attaché leur sort à venir à la croyance d’une proposition conçûe dans une langue tout-à-fait étrangere. Ils répondirent qu’ils n’avoient garde de s’ériger en scrutateurs de la volonté des dieux ; que Xaca étoit un homme saint ; & que leur ayant promis un bonheur infiniment au-dessus de ce que l’homme pouvoit jamais mériter par lui-même, il étoit juste qu’il en exigeât toutes les sortes de sacrifices dont il étoit capable : qu’après avoir immolé les passions de leur cœur, il ne leur restoit plus que de faire un holocauste des lumieres de leur esprit ; que Xaca en avoit donné l’exemple au monde ; qu’ils avoient embrassé sa loi, avec une pleine confiance dans la vérité de ses promesses ; & qu’ils mourroient mille fois plûtôt que de renoncer au nama, mio, foren, qui, quio. Xaca est représenté avec trois têtes : il s’appelle aussi fotage ou le seigneur. Voy. les cérémonies superstitieuses & le dictionnaire de Moréry.