L’Encyclopédie/1re édition/FREIN

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  FREIDBERG

FREIN, s. m. (Gramm. & Manege.) terme qui n’est plus usité au simple ; on lui a substitué ceux de mors, d’embouchure. Il signifioit particulierement la partie du mors qui traverse la bouche du cheval. Mais on l’a conservé au figuré, & même dans le style le plus noble ; celui qui met un frein à la fureur des flots. (c)

Frein de la Verge, (Anat. & Chirurg.) c’est ainsi qu’on nomme le petit ligament cutané qui attache le prépuce sous le gland. Sa structure par assez semblable à celle du filet de la langue ; mais outre qu’il se gonfle & se roidit, son extreme sensibilité prouve qu’il doit être revêtu de quantité de papilles nerveuses, & peut-être meriteroit-il par ces raisons plus d’attention de la part des Anatomistes, qu’ils ne lui en ont donné jusqu’à-présent : d’ailleurs il est exposé à des jeux de la nature, qui demandent les remedes de la Chirurgie.

Il est si court dans quelques personnes, qu’on est forcé de le couper, pour mettre ces personnes en état de remplir le but du mariage : hoc enim vinculum si brevius fuerit, hypospadiæos facit, dùm præputit depressionem impedit, dit Riolan. Dans d’autres personnes, le frein avance jusqu’au conduit de l’urine ; de sorte que dans le tems de l’impression violente des mouvemens de l’amour, la verge roidie est tirée en em-bas par cette bride, & pliée très-douloureusement en forme d’arc : ce second cas exige encore la même opération ; elle doit être faite avec adresse, & toutes les précautions nécessaires pour ne point blesser le gland : on évitera dans le traitement, la cohérence de la plaie avec le prépuce. Tyson remarque avoir été non-seulement obligé de couper quelquefois le frein de la verge, parce qu’il étoit trop court, ou parce qu’il étoit trop long, mais aussi de faire la même chose dans d’autres sujets, ensuite d’une cicatrice que des chancres vénériens y avoient laissée. (D. J.)

Freins ou Refreins, s. m. pl. (Marine.) c’est le mouvement des vagues qui, après avoir été poussées rudement vers des rochers, rebondissent au loin en s’éloignant de l’endroit où elles ont frappé. (Z)