L’Encyclopédie/1re édition/FROMAGER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  FROMAGE
FROMENT  ►

FROMAGER, s. m. (Hist. nat. Bot.) l’arbre que les habitans des Antilles nomment fromager, croît d’une prodigieuse grosseur, & s’éleve à proportion : les racines qui sont très-grosses, sortent hors de terre de 7 à 8 piés, & forment comme des appuis ou arcs-buttans autour de la tige. La partie inférieure de ces mêmes racines s’enfonce peu sous terre, mais elle s’étend excessivement à la ronde. Le bois du fromager est mou, leger, & de peu de durée : on ne s’en sert qu’à faire des canots, qu’il faut renouveller souvent : il est couvert d’une écorce grise assez épaisse, remplie de rugosités épineuses. On prétend que cette écorce est employée avec succès dans les tisannes qu’on fait prendre à ceux qui sont attaqués de la petite vérole : cet arbre porte un fruit ovale de la grosseur d’un œuf de poule d’Inde, renfermant une ouatte extrèmement fine, couleur de noisette, & aussi belle que la soie cardée : on ne s’en sert qu’à former des oreillers & des coussins. Le fromager se dépouille une fois l’année de toutes ses feuilles. Article de M. Le Romain.