L’Encyclopédie/1re édition/GÉOMANTIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  GEOLIER

GÉOMANTIE, s. f. (Hist. anc.) espece de divination par la terre ; de γῆ, terre, & de μαντεία, divination. Elle consistoit tantôt à tracer par terre des lignes ou des cercles par la rencontre desquels on s’imaginoit deviner ce qu’on desiroit d’apprendre, tantôt en faisant au hasard par terre plusieurs points sans garder aucun ordre ; les figures que le hasard formoit alors fondoient le présage qu’on tiroit pour l’avenir ; tantôt en observant les fentes & les crevasses qui se font naturellement à la terre, d’où sortoient, disoit-on, des exhalaisons prophétiques comme de l’antre de Delphes.

D’autres prétendent que la géomantie consiste à marquer au hasard sur le papier plusieurs petits points sans les compter, & que les figures qui se rencontrent à l’extrémité des lignes servent à former le jugement qu’on veut porter sur l’avenir, & à décider de l’évenement de toute question proposée. Ils ajoûtent qu’elle a conservé son ancien nom de géomantie qui fait allusion à la terre, parce que dans l’origine on se servoit de petits caillous qu’on jettoit au hasard sur la terre, au lieu que maintenant on se sert de points.

Polydore Virgile définit la géomantie une divination par le moyen des fentes & des crevasses qui se font sur la surface de la terre, & il croit que les mages des Perses en ont été les inventeurs : de invent. rerum. lib. I. cap. xxiij.

Olivier de Malmesbury, Gerard de Cremone, Barthelemy de Parme & Gaspard Peucer ont écrit des traités sur la géomantie. Corneille Agrippa avoit aussi travaillé sur la même matiere ; mais il écrivit depuis pour convenir que rien n’étoit plus vain & plus trompeur que cette prétendue science. Delrio, disq. mag. lib. IV. cap. 2. quest. vij sect. 3 p. 562. (G)