L’Encyclopédie/1re édition/GAZELLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  GAZE
GAZETTE  ►

GAZELLE, s. f. gazella, animal quadrupede à pié fourchu ; il y en a de différentes especes. M. Perraut a donné la description de sept gazelles d’Afrique, dont la plus grande étoit de la taille & de la figure d’un chevreuil ; elles avoient le poil aussi court. Cet animal étoit blanc sur le ventre & sur l’estomac, noirâtre sur la queue & brun le long d’une bande, qui s’étendoit depuis l’œil jusqu’au museau, & fauve sur tout le reste du corps. La peau étoit très-noire & très luisante. Toutes ces gazelles avoient les oreilles grandes & pelées en-dedans, où la peau étoit noire & polie comme de l’ébene ; les yeux étoient grands & noirs ; les cornes étoient aussi noires, cannelées en-travers, creuses jusqu’à la moitié de leur longueur, pointues à l’extrémité, assez droites, mais un peu tournées en-dehors vers le milieu ; elles se rapprochoient par le bout, comme les branches d’une lyre ; elles avoient quinze pouces de longueur & dix lignes de diametre par le bas ; elles étoient rondes dans les femelles, un peu applaties dans les mâles, & plus recourbées en-arriere : le museau ressembloit au museau des chevres ; celui des mâles étoit plus camus que celui des femelles. Il y avoit sur le palais une peau dure en forme d’écailles, & au-dedans des levres, quantité de papilles.

Les gazelles ruminent ; celles dont il s’agit ici n’avoient point de dents incisives à la mâchoire supérieure ; les dents du bas étoient au nombre de huit, plus larges à l’extrémité qu’à la racine : les deux du milieu avoient autant de largeur que les six autres prises ensemble. La queue des femelles étoit garnie d’un poil long & noirâtre, plate & large à son origine, plus étroite à l’extrémité, dont le poil descendoit jusqu’au jarret & étoit dur comme du crin : dans les mâles, il se trouvoit plus doux & seulement un peu plus long que le poil du reste du corps. Il y avoit sur les jambes de devant, au-dessous du genou, un poil plus dur & plus long que celui du reste de la jambe ; il étoit couché à droite & à gauche comme l’épi d’un cheval ; & dans cet endroit la peau étoit plus épaisse qu’ailleurs. Le devant des piés étoit formé par les ergots, & le derriere par la peau qui formoit la plante du pié, & n’étoit pas défendue par la corne des ergots, comme dans le cerf, le chevreuil, & les autres animaux à pié fourchu. Les piés des gazelles étoient fendus d’une maniere particuliere ; les deux ergots pouvoient s’éloigner beaucoup l’un de l’autre, & étoient joints par une peau qui s’étendoit aisément ; il n’y avoit que deux mammelles & deux mammelons. Il se trouvoit à côté & au-dessous de chaque mammelle dans les aînes deux cavités ou poches peu profondes dont la peau étoit sans poil & parsemée de grains formés par de petites glandes, & percées dans le milieu d’où il sortoit une matiere onctueuse. Mém. pour servir à l’hist. naturelle des anim. premiere partie. (I)