L’Encyclopédie/1re édition/GUAM

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

GUAM, autrement GUAN, ou GUAHAN, (Géog.) la premiere & la plus méridionale des îles des Larrons, ou, ce qui est la même chose, des îles Mariannes ; elle dépend des Espagnols qui y ont un petit fort avec sept canons, un gouverneur, & quelques soldats ; c’est-là que se viennent raffraîchir leurs vaisseaux des Philippines qui vont d’Acapulco à Manille ; mais pour le retour les vents ne leur laissent pas aisément reprendre cette route. Guam est à sept lieues de Rota ou Sarpana, suivant le P. Morales ; & suivant Wodes Rogers, à quarante lieues ; son terroir est rougeâtre & aride. Les principaux fruits qu’elle produit sont des pommes de pin, des melons d’eau, des melons musqués, des oranges, des citrons, des noix de cacao. Le vent regle y souffle toûjours du sud-est, excepté pendant la mousson de l’ouest, qui dure depuis la mi-Juin jusqu’à la mi-Août. Les habitans y sont presque tous naturels du pays ; leur teint est d’un brun olivâtre ; ils vont tout nuds, à la reserve d’un torchon qui leur pend au derriere, & les femmes y portent de petits jupons. Long. 157. 10. lat. 13. 25. (D. J.)