L’Encyclopédie/1re édition/HALEINE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 27).
◄  HALÉENS
HALEN  ►

* HALEINE, s. f. (Gramm.) l’air que l’on exspire par la bouche ; ce mot a un grand nombre d’acceptions différentes, tant simples que figurées.

Haleine, (Manége & Maréchall.) La force ou la durée de l’haleine dépend de la conformation du thorax, du volume des poumons, & de leur dilatabilité.

Des chevaux plats, c’est-à-dire des chevaux dont les côtes sont serrées, ont rarement beaucoup d’haleine ; des chevaux poussifs, soit à raison de la viscosité des humeurs qui remplissent en eux les tuyaux bronchiques, soit à raison du desséchement de ces canaux aériens & des vésicules pulmonaires, ont l’haleine courte & toûjours laborieuse. Voy. Pousse. Des chevaux dont la glotte, la trachée-artere, les naseaux, &c. pechent par trop d’étroitesse, sont communément gros d’haleine. Voyez Gros d’haleine.

L’accélération de la circulation, la surabondance du sang dans les poûmons, l’irritation des nerfs de ce viscere & des nerfs moteurs des muscles du thorax, la tension de tous les organes qui concourent à la respiration, la violence des mouvemens du cœur sont-elles portées à un tel point que l’animal par ses inspirations & ses expirations fréquentes & redoublées ne peut vaincre les obstacles qui s’opposent en lui à l’introduction de l’air, il est incontestablement hors d’haleine.

Travailler un cheval modérément, & augmenter insensiblement & chaque jour son exercice, c’est lui procurer les moyens de fournir sans peine aux airs qui exigent les plus grands efforts de sa part, ou de résister à de longues & vives courses, en habituant par degrés toutes ses parties aux mouvemens auxquels elles sont naturellement disposées, & en sollicitant les vaisseaux, tant aériens que sanguins de ses poûmons, à des dilatations dont ils sont susceptibles, & qui deviennent toûjours plus aisées & moins pénibles : c’est ainsi que l’on met l’animal en haleine.

On donne, on fait reprendre haleine au cheval, si l’on ralentit ou si l’on suspend son action ; on le tient en haleine, si on l’exerce constamment. Les raisons du recouvrement de la liberté de sa respiration, dans le premier cas, & de la facilité de son haleine, dans le second, se présentent d’abord à quiconque réfléchit sur les causes qui peuvent troubler & déranger cette fonction, & ce mouvement alternatif sans lequel l’animal ne sauroit subsister.