L’Encyclopédie/1re édition/HOSANNA

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 313).

HOSANNA, s. m. (Théologie.) est le nom que les Juifs donnent à une priere qu’ils récitent le septieme jour à la fête des tabernacles. Voyez Tabernacle. Ce mot signifie sauvez-nous, conservez-nous.

R. Elias dit que les Juifs donnent aussi le nom d’hosanna, aux branches de saule qu’ils portent en cette fête ; parce qu’en agitant de tous côtés ces branches de saules dans la cérémonie de ce jour-là, ils chantent fréquemment hosanna. Ce qu’Antonius Nebrissemis, dans son commentaire des mots hébreux de l’Ecriture, applique aux Juifs qui reçurent Jesus-Christ comme le Messie en chantant hosanna. Grotius dans son commentaire sur le chap. xxj. de S. Matthieu, V. 9. observe que les fêtes des Juifs, & en particulier celle des tabernacles, ne signifioient pas seulement leur sortie d’Egypte, dont ils célébroient la mémoire, mais aussi l’attente du Messie, & que même encore les Juifs modernes, le jour qu’ils portent ces rameaux, disent qu’ils souhaitent célébrer cette fête à l’avénement du Messie qu’ils attendent. D’où il conclut que le peuple en portant ces rameaux devant J. C. témoignoit sa joie, le reconnoissant pour le Messie. Simon, Supplément aux cérémonies des Juifs.

Il y a plusieurs de ces hosannas : les Juifs les nomment hoschannoth, c’est-à-dire les hosannas. Les uns se récitent le premier jour, les autres le second, &c. & s’appellent l’hosanna du premier jour, l’hosanna du second, &c.

Hosanna rabba, ou grand hosanna, est le nom que les Juifs donnent à leur fête des tabernacles, qui dure au moins huit jours, parce qu’ils y demandent fréquemment le secours de Dieu, la rémission de leurs péchés, & sa bénédiction sur l’année qui vient de commencer ; & pour ces demandes ils se servent fréquemment des hoschannoth, ou prieres dont nous avons parlé.

Les Juifs donnent encore le nom d’hosanna rabba en particulier, au septieme jour des tabernacles, parce que c’est ce jour-là qu’ils demandent plus particulierement le secours de Dieu. (G)