L’Encyclopédie/1re édition/HYDROBELE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 368).

HYDROBELE, s. f. terme de Chirurgie, tuméfaction de la sur-peau du scrotum, causée par des humeurs aqueuses. C’est une œdeme des bourses qui rend la peau lisse & luisante ; l’impression du doigt reste sur la tumeur pour peu qu’on l’y appuie. La verge devient souvent œdémateuse par le progrès de l’infiltration, & alors elle représente une colone torse.

Cette maladie est assez familiere aux enfans nouveaux-nés, & elle cede ordinairement à l’application des remedes astringens ou discussifs. Les compresses trempées dans le vin rouge, chaud, dans lequel on a fait bouillir des roses de Provins : l’eau de chaux simple, ou animée d’un peu d’eau de-vie, suffisent pour résoudre la tumeur aqueuse superficielle du scrotum ; le cataplasme de têtes de poreaux cuites dans le vin blanc, est un remede éprouvé dans ces sortes de cas. Dans les adultes où l’hydrobele est un symptome & un accident de l’hydropisie ascite, ou une maladie essentielle causée par la difficulté du cours de sang dans des parties assez éloignées du grand torrent de la circulation, les remedes que nous venons d’indiquer ne suffisent pas ; il faut faire de légeres mouchetures à la sur-peau, pour procurer le dégorgement des parties tuméfiées ; on applique ensuite sur la partie des compresses trempées dans l’eau-de-vie camphrée tiede. Ces mouchetures doivent être faites avec art, pour prévenir la gangrene qui n’est que trop souvent la suite des scarifications faites sans méthode sur des parties œdémateuses. Voyez Œdeme & Moucheture. (Y)