L’Encyclopédie/1re édition/INCENDIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 644-645).

* INCENDIE, s. m. (Gram.) grand feu allumé par méchanceté ou par accident. Les villes bâties en bois sont sujettes à des incendies. Les fermes isolées dans les campagnes, sont quelquefois incendiées par des malfaiteurs. On a des seaux & des pompes publics qu’on emploie dans les incendies.

Il se prend aussi au figuré. Il ne faut quelquefois qu’un mot indiscret pour allumer un incendie dans une ame innocente & paisible. Le Dante a renfermé les héresiarques dans des tombeaux, d’où l’on voit la flamme s’échapper de toutes parts, & porter aux loin l’incendie. Cette image est belle.

Incendies, (caisse des) Hist. mod. Dans plusieurs provinces d’Allemagne on a imaginé depuis quelques années un moyen d’empêcher ou de réparer une grande partie du dommage que les incendies pouvoient causer aux particuliers qui ne sont que trop souvent ruinés de fond en comble par ces fâcheux accidents. Pour cet effet, dans chaque ville la plûpart des citoyens forment une espece d’association autorisée & protégée par le souverain, en vertu de laquelle les associés se garantissent mutuellement leurs maisons, & s’engagent de les rebâtir à frais communs lorsqu’elles ont été consumées par le feu. La maison de chaque propriétaire est estimée à sa juste valeur par des experts préposés pour cela ; la valeur est portée sur un registre qui demeure déposé à l’hôtel-de-ville où l’on expédie au propriétaire qui est entré dans l’association, un certificat dans lequel on marque le prix auquel sa maison a été évaluée ; alors le propriétaire est engagé à payer en cas d’accident une somme proportionnée à l’estimation de sa maison, ce qui forme un fonds destiné à dédommager celui dont la maison vient à être brûlée.

Dans quelques pays chaque maison après avoir été estimée & portée sur le registre, paye annuellement une somme marquée, dont on forme le capital qui doit servir au dédommagement des particuliers ; mais on regarde cette méthode comme plus sujette à des inconvéniens que la précédente ; en effet elle peut rendre les citoyens moins vigilans par la certitude d’être dédommagés, & la modicité de ce qu’ils payent annuellement peut tenter ceux qui sont de mauvaise foi, à mettre eux-mêmes le feu à leurs maisons, au lieu que de la premiere maniere chacun concourt proportionnellement à dédommager celui qui perd sa maison.

L’usage d’assurer ses maisons contre les incendies subsiste aussi en Angleterre ; on peut aussi y faire assurer ses meubles & effets ; on a pris dans ces chambres d’assurances des précautions très-sûres pour prévenir les abus, la mauvaise foi des propriétaires, & les incendies.