L’Encyclopédie/1re édition/INCESTUEUX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 645-646).
◄  INCESTE
INCH  ►

INCESTUEUX, adj. (Gramm. & Jurisp.) se dit de ce qui provient d’un inceste. On appelle commerce incestueux le crime d’inceste. Voyez Inceste. Un mariage incestueux est celui qui est contracté entre personnes parentes en un degré prohibé, sans en avoir obtenu dispense.

Un batard incestueux est celui qui est né de deux personnes parentes ou alliées en un degré assez proche pour ne pouvoir contracter mariage ensemble sans dispense.

Ces sortes de batards ne peuvent être légitimés par le mariage subséquent de leurs pere & mere, quand même ceux-ci obtiendroient dispense pour se marier ensemble. Voyez Batard. (A)

Incestueux, adj. pris subst. (Hist. ecclés.) nom de secte qui s’éleva en Italie vers l’an 1063.

L’hérésie des incestueux commença à Ravenne. Les savans de la ville consultés par les Florentins sur les degrés de consanguinité qui empêchent le mariage, leur répondirent que la septieme génération marquée par les canons devoit se prendre des deux côtés joints ensemble, ensorte qu’on comptât quatre générations d’un côté & trois de l’autre.

Ils prouvoient cette opinion par un endroit de Justinien, où il dit « qu’on peut épouser la petite-fille de son frere ou de sa sœur, quoiqu’elle soit au quatrieme degré » : d’où ils concluoient, si la petite-fille de mon frere est à mon égard au quatrieme degré, elle est au cinquieme pour mon fils, au sixieme pour mon petit-fils, & au septieme pour mon arriere petit-fils.

Pierre Damien écrivit contre cette opinion, & Alexandre II. la condamna dans un concile tenu à Rome. Dict. de Trévoux.