L’Encyclopédie/1re édition/INFULE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 740).

INFULE, subst. fém. (Hist. mod.) infula, nom que l’on donnoit anciennement aux ornemens des pontifes. Festus dit que les infules étoient des filamens de laine, des franges de laine dont on ornoit les prêtres & les victimes, même les temples.

Plusieurs auteurs confondent les infules avec la mitre, la tiare, ou le bonnet que portoient les prêtres. Il y avoit cependant beaucoup de différence.

L’infule étoit proprement une bandelette ou bande de laine blanche qui couvroit la partie de la tête où il y a des cheveux, jusqu’aux tempes, & de laquelle tomboient de chaque côté deux cordons, vittæ, pour la lier, ce qui fait que l’on confond souvent le nom vittæ cordons avec infulæ.

L’infule étoit aux prêtres ce qu’étoit le diadème aux rois, la marque de leur dignité & de leur autorité. La différence entre le diadème & l’infule, est que le diadème étoit plat & large, & l’infule entortillée & ronde. Voyez Diadème. Dict. de Trév.