L’Encyclopédie/1re édition/INSTINCT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 795-799).

INSTINCT, s. m. (Métaph. & Hist. nat.) c’est un mot par lequel on veut exprimer le principe qui dirige les bêtes dans leurs actions ; mais de quelle nature est ce principe ? Quelle est l’étendue de l’instinct ? Aristote & les Péripatéticiens donnoient aux bêtes une ame sensitive, mais bornée à la sensation & à la mémoire, sans aucun pouvoir de réfléchir sur ses actes, de les comparer, &c. D’autres ont été beaucoup plus loin. Lactance dit qu’excepté la religion, il n’est rien en quoi les bêtes ne participent aux avantages de l’espece humaine.

D’un autre côté tout le monde connoît la fameuse hypothese de M. Descartes, que ni sa grande réputation, ni celle de quelques-uns de ses sectateurs n’ont pû soutenir. Les bêtes de la même espece ont dans leurs opérations une uniformité qui en a imposé à ces philosophes, & leur a fait naître l’idée d’automatisme ; mais cette uniformité n’est qu’apparente, & l’habitude de voir la fait disparoître aux yeux exercés. Pour un chasseur attentif il n’est point deux renards dont l’industrie se ressemble entierement, ni deux loups dont la gloutonnerie soit la même.

Depuis M. Descartes, plusieurs Théologiens ont cru la religion intéressée au maintien de cette opinion du méchanisme des bêtes. Ils n’ont point senti que la bête, quoique pourvûe de facultés qui lui sont communes avec l’homme, pouvoit en être encore à une distance infinie. Aussi l’homme lui-même est-il très-distant de l’ange, quoiqu’il partage avec lui une liberté & une immortalité qui l’approchent du trone de Dieu.

L’anatomie comparée nous montre dans les bêtes des organes semblables aux nôtres, & disposés pour les mêmes fonctions relatives à l’œconomie animale. Le détail de leurs actions nous fait clairement appercevoir qu’elles sont douées de la faculté de sentir, c’est-à dire, qu’elles éprouvent ce que nous éprouvons lorsque nos organes sont réunis par l’action des objets extérieurs. Douter si les bêtes ont cette faculté, c’est mettre en doute si nos semblables en sont pourvûs, puisque nous n’en sommes assurés que par les mêmes signes. Celui qui voudra méconnoître la douleur à des cris, qui se refusera aux marques sensibles de la joie, de l’impatience, du desir, ne mérite pas qu’on lui réponde. Non-seulement il est certain que les bêtes sentent ; il l’est encore qu’elles se ressouviennent. Sans la mémoire les coups de fouet ne rendroient point nos chiens sages, & toute éducation des animaux seroit impossible. L’exercice de la mémoire les met dans le cas de comparer une sensation passée avec une sensation présente. Toute comparaison entre deux objets produit nécessairement un jugement ; les bêtes jugent donc. La douleur des coups de fouet retracée par la mémoire, balance dans un chien couchant le plaisir de courre un lievre qui part. De la comparaison qu’il fait entre ces deux sensations naît le jugement qui détermine son action. Souvent il est entraîné par le sentiment vif du plaisir ; mais l’action répétée des coups rendant plus profond le souvenir de la douleur, le plaisir perd à la comparaison ; alors il réfléchit sur ce qui s’est passé, & la réflexion grave dans sa mémoire une idée de relation entre un lievre & des coups de fouet. Cette idée devient si dominante qu’enfin la vûe d’un lievre lui fait serrer la queue, & regagner proprement son maître. L’habitude de porter les mêmes jugemens les rend si prompts, & leur donne l’air si naturel, qu’elle fait méconnoître la réflexion qui les a réduits en principes : c’est l’expérience aidée de la réflexion, qui fait qu’une belette juge sûrement de la proportion entre la grosseur de son corps, & l’ouverture par laquelle elle veut passer. Cette idée une fois établie devient habituelle par la répétition des actes qu’elle produit, & elle épargne à l’animal toutes les tentatives inutiles ; mais les bêtes ne doivent pas seulement à la réflexion de simples idées de relation ; elles tiennent encore d’elle des idées indicatives plus compliquées, sans lesquelles elles tomberoient dans mille erreurs funestes pour elles. Un vieux loup est attiré par l’odeur d’un appât ; mais lorsqu’il veut en approcher, son nez lui apprend qu’un homme a marché dans les environs. L’idée non de la présence, mais du passage d’un homme, lui indique un péril & des embuches. Il hésite donc, il tourne pendant plusieurs nuits, l’appétit le ramene aux environs de cet appât dont l’éloigne la crainte du péril indiqué. Si le chasseur n’a pas pris toutes les précautions usitées pour dérober à ce loup le sentiment du piége, si la moindre odeur de fer vient frapper son nez, rien ne rassurera jamais cet animal devenu inquiet par l’expérience.

Ces idées acquises successivement par la sensation & la réflexion, & représentées dans leur ordre par l’imagination & par la mémoire. forment le système des connoissances de l’animal, & la chaîne de ses habitudes ; mais c’est l’attention qui grave dans sa mémoire tous les faits qui concourent à l’instruire ; & l’attention est le produit de la vivacité des besoins. Il doit s’ensuivre que parmi les animaux ceux qui ont des besoins plus vifs ont plus de connoissances acquises que les autres. En effet on apperçoit au premier coup d’œil que la vivacité des besoins est la mesure de l’intelligence dont chaque espece est douée, & que les circonstances qui peuvent rendre pour chaque individu les besoins plus ou moins pressans, étendent plus ou moins le systême de ses connoissances.

La nature fournit aux frugivores une nourriture qu’ils se procurent facilement, sans industrie & sans réflexion : ils sçavent où est l’herbe qu’ils ont à brouter, & sous quel chêne ils trouveront du gland. Leur connoissance se borne à cet égard à la mémoire d’un seul fait : aussi leur conduite, quant à cet objet, paroît-elle stupide & voisine de l’automatisme ; mais il n’en est pas ainsi des carnassiers : forcés de chercher une proie qui se dérobe à eux, leurs facultés éveillées par le besoin sont dans un exercice continuel ; tous les moyens par lesquels leur proie leur est souvent échappée, se représentent fréquemment à leur mémoire. De la réflexion qu’ils sont forcés de faire sur ces faits, naissent des idées de ruses & de précautions qui se gravent encore dans la mémoire, s’y établissent en principes, & que la répétition rend habituelles. La variété & l’invention de ces idées étonnent souvent ceux auxquels ces objets sont le plus familiers. Un loup qui chasse sait par expérience que le vent apporte à son odorat les émanations du corps des animaux qu’il recherche : il va donc toûjours le nez au vent ; il apprend de plus à juger par le sentiment du même organe, si la bête est éloignée ou prochaine, si elle est reposée ou fuyante. D’après cette connoissance il regle sa marche ; il va à pas de loup pour la surprendre, ou redouble de vitesse pour l’atteindre ; il rencontre sur la route des mulots, des grenouilles, & d’autres petits animaux dont il s’est mille fois nourri. Mais quoique déjà pressé par la faim il néglige cette nourriture présente & facile, parce qu’il sait qu’il trouvera dans la chair d’un cerf ou d’un daim un repas plus ample & plus exquis. Dans tous les tems ordinaires ce loup épuisera toutes les ressources qu’on peut attendre de la vigueur & de la ruse d’un animal solitaire : mais lorsque l’amour met en société le mâle & la femelle, ils ont respectivement, quant à l’objet de la chasse, des idées qui dérivent de la facilité que l’union procure. Ces loups connoissent par des expériences répétées où vivent ordinairement les bêtes fauves, & la route qu’elles tiennent lorsqu’elles sont chassées. Ils savent aussi combien est utile un relais pour hâter la défaite d’une bête déjà fatiguée. Ces faits étant connus, ils concluent de l’ordinaire au probable, & en conséquence ils partagent leurs fonctions. Le mâle se met en quête, & la femelle comme plus foible attend au détroit la bête haletante qu’elle est chargée de relancer. On s’assure aisément de toutes ces démarches, lorsqu’elles sont écrites sur la terre molle ou sur la neige, & on peut y lire l’histoire des pensées de l’animal.

Le renard, beaucoup plus foible que le loup, est contraint de multiplier beaucoup plus les ressources pour obtenir sa nourriture. Il a tant de moyens à prendre, tant de dangers à éviter, que sa mémoire est nécessairement chargée d’un nombre de faits qui donne à son instinct une grande étendue. Il ne peut pas abattre ces grands animaux dont un seul le nourriroit pendant plusieurs jours. Il n’est pas non plus pourvu d’une vîtesse qui puisse suppléer au défaut de vigueur : ses moyens naturels sont donc la ruse, la patience & l’adresse. Il a toujours, comme le loup, son odorat pour boussole. Le rapport fidele de ce sens bien exercé l’instruit de l’approche de ce qu’il cherche, & de la présence de qu’il doit éviter. Peu fait pour chasser à force ouverte, il s’approche ordinairement en silence ou d’une perdrix qu’il évente, ou bien du lieu par lequel il sait que doit rentrer un liévre ou un lapin. La terre molle reçoit à peine la trace légere de ses pas. Partagé entre la crainte d’être surpris, & la nécessité de surprendre lui-même, sa marche toujours précautionnée & souvent suspendue décele son inquiétude, ses desirs & ses moyens. Dans les pays giboyeux où les plaines & les bois ne laissent pas manquer de proie, il fuit les lieux habités. Il ne s’approche de la demeure des hommes que quand il est pressé par le besoin, mais alors la connoissance du danger lui fait doubler ses précautions ordinaires. A la faveur de la nuit il se glisse le long des haies & des buissons. S’il sait que les poules sont bonnes, il se rappelle en même tems que les piéges & les chiens sont dangereux. Ces deux souvenirs guident sa marche, & la suspendent ou l’accélèrent selon le degré de vivacité que donnent à l’un d’eux les circonstances qui surviennent. Lorsque la nuit commence, & que sa longueur offre des ressources à la prévoyance du renard, le jappement éloigné d’un chien arrêtera sur le champ sa course. Tous les dangers qu’il a courus en différens tems se représentent à lui ; mais à l’approche du jour cette frayeur extrème cede à la vivacité de l’appétit : l’animal alors devient courageux par nécessité. Il se hâte même de s’exposer, parce qu’il sait qu’un danger plus grand le menace au retour de la lumiere.

On voit que les actions les plus ordinaires des bêtes, leurs démarches de tous les jours supposent la mémoire, la réflexion sur ce qui s’est passé, la comparaison entre un objet présent qui les attire & des périls indiqués qui les éloignent, la distinction entre des circonstances qui se ressemblent à quelques égards, & qui différent à d’autres, le jugement & le choix entre tous ces rapports. Qu’est-ce donc que l’instinct ? Des effets, si multipliés dans les animaux, de la recherche du plaisir & de la crainte de la douleur ; les conséquences & les inductions tirées par eux des faits qui se sont placés dans leur mémoire ; les actions qui en résultent ; ce système de connoissances auxquelles l’expérience ajoute, & que chaque jour la réflexion rend habituelles, tout cela ne peut pas se rapporter à l’instinct, ou bien ce mot devient synonyme avec celui d’intelligence.

Ce sont les besoins vifs qui, comme nous l’avons dit, gravent dans la mémoire des bêtes des sensations fortes & intéressantes dont la chaîne forme l’ensemble de leurs connoissances. C’est par cette raison que les animaux carnassiers sont beaucoup plus industrieux que les frugivores, quant à la recherche de la nourriture ; mais chassez souvent ces mêmes frugivores, vous les verrez acquérir, relativement à leur défense, la connoissance d’un nombre de faits, & l’habitude d’une foule d’inductions qui les égalent aux carnassiers. De tous les animaux qui vivent d’herbes, celui qui paroît le plus stupide est peut-être le liévre. La nature lui a donné des yeux foibles & un odorat obtus ; si ce n’est l’ouie qu’il a excellente, il paroît n’être pourvû d’aucun instrument d’industrie. D’ailleurs il n’a que la fuite pour moyen de défense : mais aussi semble-t-il épuiser tout ce que la fuite peut comporter d’intentions & de variétés. Je ne parle pas d’un liévre que des lévriers forcent par l’avantage d’une vitesse supérieure, mais de celui qui est attaqué par des chiens courans. Un vieux liévre ainsi chassé commence par proportionner sa fuite à la vitesse de la poursuite. Il sçait, par expérience, qu’une fuite rapide ne le mettroit pas hors de danger, que la chasse peut être longue, & que ses forces ménagées le serviront plus long-tems. Il a remarqué que la poursuite des chiens est plus ardente, & moins interrompue dans les bois fourés où le contact de tout son corps leur donne un sentiment plus vif de son passage, que sur la terre où ses piés ne font que poser ; ainsi il évite les bois, & suit presque toujours les chemins ; (ce même liévre lorsqu’il est poursuivi à vue par un lévrier, s’y dérobe en cherchant les bois). Il ne peut pas douter qu’il ne soit suivi par les chiens courans sans être vu : il entend distinctement que la poursuite s’attache avec scrupule à toutes les traces de ses pas ? Que fait-il ? après avoir parcouru un long espace en ligne droite, il revient exactement sur ses mêmes voies. Après cette ruse, il se jette de côté, fait plusieurs sauts consécutifs, & par-là dérobe, au moins pour un tems, aux chiens le sentiment de la route qu’il a prise. Souvent il va faire partir du gîte un autre liévre dont il prend la place. Il déroute ainsi les chasseurs & les chiens par mille moyens qu’il seroit trop long de détailler. Ces moyens lui sont communs avec d’autres animaux, qui, plus habiles que lui d’ailleurs, n’ont pas plus d’expérience à cet égard. Les jeunes animaux ont beaucoup moins de ces ruses. C’est à la science des faits que les vieux doivent les inductions justes & promptes qui amenent ces actes multipliés.

Les ruses, l’invention, l’industrie, étant une suite de la connoissance des faits gravés par le besoin dans la mémoire, les animaux doués de vigueur, ou pourvus de défenses doivent être moins industrieux que les autres. Aussi voyons-nous que le loup qui est un des plus robustes animaux de nos climats, est un des moins rusés lorsqu’il est chassé. Son nez qui le guide toujours, ne le rend précautionné que contre les surprises. Mais d’ailleurs il ne songe qu’à s’éloigner, & à se dérober au péril par l’avantage de sa force & de son haleine. Sa fuite n’est point compliquée comme celle des animaux timides. Il n’a point recours à ces feintes & à ces retours qui sont une ressource nécessaire pour la foiblesse & la lassitude. Le sanglier qui est armé de défenses, n’a point non plus recours à l’industrie. S’il se sent pressé dans sa fuite, il s’arrête pour combattre. Il s’indigne, & se fait redouter des chasseurs & des chiens qu’il menace & charge avec fureur. Pour se procurer une défense plus facile, & une vengeance plus assurée, il cherche les buissons épais & les halliers. Il s’y place de maniere à ne pouvoir être abordé qu’en face. Alors l’œil farouche & les soies hérissées, il intimide les hommes & les chiens, les blesse & s’ouvre un passage pour une retraite nouvelle.

La vivacité des besoins donne, comme on voit, plus ou moins d’étendue aux connoissances que les bêtes acquierent. Leurs lumieres s’augmentent en raison des obstacles qu’elles ont à surmonter. Cette faculté qui rend les bêtes capables d’être perfectionnées, rejette bien loin l’idée d’automatisme qui ne peut être née que de l’ignorance des faits. Qu’un chasseur arrive avec des piéges dans un pays où ils ne sont pas encore connus des animaux, il les prendra avec une extrême facilité, & les renards même lui paroîtront imbécilles. Mais lorsque l’expérience les aura instruits, il sentira par les progrès de leurs connoissances le besoin qu’il a d’en acquérir de nouvelles. Il sera contraint de multiplier les ressources & de donner le change à ces animaux en leur présentant ses appâts sous mille forme. L’un se dévoyera des refuites ordinaires à ceux de son espece, & fera voir au chasseur des marches qui lui sont inconnues. Un autre aura l’art de lui dérober légérement son appât en évitant le piége. Si l’un est assiégé dans un terrier, il y souffrira la faim plutôt que de franchir le pas dangereux ; il s’occupera à s’ouvrir une route nouvelle ; si le terrein trop ferme s’y oppose, sa patience lassera celle du chasseur qui croira s’être mépris. Ce n’est point une frayeur automate qui retient alors cet animal dans le terrier ; c’est une crainte savante & raisonnée : car s’il arrive par hazard qu’un lapin enfermé dans le même trou sorte & détende le piége, le renard vigilant prendra sûrement ce moment pour s’échapper & passera sans hésiter à côté du lapin pris & du piége détendu.

Parmi les différentes idées que la nécessité fait acquérir aux animaux, on ne doit pas oublier celle des nombres. Les bêtes comptent ; cela est certain, & quoique jusqu’à présent leur arithmétique paroisse assez bornée, peut-être pourroit-on lui donner plus d’étendue. Dans les pays où l’on conserve avec soin le gibier, on fait la guerre aux pies, parce qu’elles enlévent les œufs & détruisent l’espérance de la ponte. On remarque donc assidûment les nids de ces oiseaux destructeurs ; & pour anéantir d’un coup la famille carnassiere, on tâche de tuer la mere pendant qu’elle couve. Entre ces meres il en est d’inquiettes qui désertent leur nid dès qu’on en approche. Alors on est contraint de faire un affût bien couvert au pied de l’arbre sur lequel est ce nid, & un homme se place dans l’affût pour attendre le retour de la couveuse ; mais il attend en vain, si la pie qu’il veut surprendre a quelques fois été manquée en pareil cas. Elle sait que la foudre va sortir de cet antre où elle a vu entrer un homme. Pendant que la tendresse maternelle lui tient la vue attachée sur son nid, la frayeur l’en éloigne jusqu’à ce que la nuit puisse la dérober au chasseur. Pour tromper cet oiseau inquiet, on s’est avisé d’envoyer à l’affût deux hommes, dont l’un s’y plaçoit & l’autre passoit ; mais la pie compte & se tient toujours éloignée. Le lendemain trois y vont, & elle voit encore que deux seulement se retirent. Enfin il est nécessaire que cinq ou six hommes en allant à l’affût mettent son calcul en défaut. La pie qui croit que cette collection d’hommes n’a fait que passer ne tarde pas à revenir. Ce phénomène renouvellé toutes les fois qu’il est tenté, doit être mis au rang des phénomènes les plus ordinaires de la sagacité des animaux.

Puisque les animaux gardent la mémoire des faits qu’ils ont eu intérêt de remarquer : puisque les conséquences qu’ils en ont tirées s’établissent en principes par la réflexion, & servent à diriger leurs actions, ils sont perfectibles ; mais nous ne pouvons pas savoir jusqu’à quel degré. Nous sommes même presque étrangers au genre de perfection dont les bêtes sont susceptibles. Jamais avec un odorat tel que le nôtre nous ne pouvons atteindre à la diversité des rapports & des idées que donne au loup & au chien, leur nez subtil & toujours exercé. Ils doivent à la finesse de ce sens la connoissance de quelques propriétés de plusieurs corps, & des idées de relation entre ces propriétés & l’état actuel de leur machine. Ces idées & ces rapports échappent à la stupidité de nos organes. Pourquoi donc les bêtes ne se perfectionnent-elles point ? Pourquoi ne remarquons-nous pas un progrès sensible dans les especes ? Si Dieu n’a pas donné aux intelligences célestes de sonder toute la profondeur de la nature de l’homme, si elles n’embrassent pas d’un coup-d’œil cet assemblage bizarre d’ignorance & de talens, d’orgueil & de bassesse, elles peuvent dire aussi : Pourquoi donc cette espece humaine, avec tant de moyens de perfectibilité, est-elle si peu avancée dans les connoissances les plus essentielles ? Pourquoi plus de la moitié des hommes est-elle abrutie par les superstitions ? Pourquoi ceux même à qui l’être suprême s’est manifesté par la voix de son fils, sont-ils occupés à se déchirer entr’eux, au lieu de s’aider l’un l’autre à jouir en paix des fruits de la terre & de la rosée du ciel ?

Il est certain que les bêtes peuvent faire des progrès ; mais mille obstacles particuliers s’y opposent, & d’ailleurs il est apparemment un terme qu’elles ne franchiront jamais.

La mémoire ne conserve les traces des sensations & des jugemens qui en sont la suite, qu’autant que celles-ci ont eu le dégré de force qui produit l’attention vive. Or les bêtes vêtues par la nature, ne sont gueres excitées à l’attention que par les besoins de l’appétit & de l’amour. Elles n’ont pas de ces besoins de convention qui naissent de l’oisiveté & de l’ennui. La nécessité d’être émus se fait sentir à nous dans l’état ordinaire de veille, & elle produit cette curiosité inquiette qui est la mere des connoissances. Les bêtes ne l’éprouvent point. Si quelques especes sont plus sujettes à l’ennui que les autres, la fouine, par exemple, que la souplesse & l’agilité caractérisent, ce ne peut pas être pour elles une situation ordinaire, parce que la nécessité de chercher à vivre tient presque toujours leur inquiétude en exercice. Lorsque la chasse est heureuse, & que leur faim est assouvie de bonne heure, elles se livrent par le besoin d’être émues, à une grande profusion de meurtres inutiles ; mais la maniere d’être la plus familiere à tous ces êtres sentans, est un demi-sommeil pendant lequel l’exercice spontanée de l’imagination ne présente que des tableaux vagues qui ne laissent pas de traces profondes dans la mémoire.

Parmi nous, ces hommes grossiers qui sont occupés pendant tout le jour à pourvoir aux besoins de premiere nécessité, ne restent-ils pas dans un état de stupidité presque égal à celui des bêtes ? Il en est tel qui n’a jamais eu un nombre d’idées pareil à celui qui forme le système des connoissances d’un renard.

Il faut que le loisir, la société & le langage, servent la perfectibilité, sans quoi cette disposition reste stérile. Or, premierement le loisir manque aux bêtes, comme nous vous l’avons dit. Occupées sans cesse à pourvoir à leurs besoins, & à se défendre contre d’autres animaux ou contre l’homme, elles ne peuvent conserver d’idées acquises que relativement à ces objets. Secondement la plûpart vivent isolées & n’ont qu’une société passagere fondée sur l’amour & sur l’éducation de la famille. Celles qui sont attroupées d’une maniere plus durable sont rassemblées uniquement par le sentiment de la crainte. Il n’y a que les especes timides qui soient dans ce cas, & la crainte qui approche ces individus les uns des autres paroît être le seul sentiment qui les occupe. Tel est l’espece du cerf dans laquelle les biches ne s’isolent gueres que pour mettre bas, & les cerfs pour refaire leurs têtes.

Dans les especes mieux armées & plus courageuses, comme sont les sangliers, les femelles, comme plus foibles, restent attroupées avec les jeunes mâles. Mais dès que ceux-ci ont atteint l’âge de trois ans, & qu’ils sont pourvus de défenses qui les rassurent, ils quittent la troupe ; la sécurité les mene à la solitude ; il n’y a donc pas de société proprement dite entre les bêtes. Le sentiment seul de la crainte, & l’intérêt de la défense réciproque ne peuvent pas porter fort loin leurs connoissances. Elles ne sont pas organisées de maniere à multiplier les moyens, ni à rien ajouter à ces armes toujours pretes qu’elles doivent à la nature. Et peut-on savoir jusqu’où l’usage des mains porteroient les singes s’ils avoient le loisir comme la faculté d’inventer, & si la frayeur continuelle que les hommes leur inspirent ne les retenoit dans l’abrutissement ?

A l’égard du langage, il paroît que celui des bêtes est fort borné. Cela doit être, vû leur maniere de vivre, puisqu’il y a des sauvages qui ont des arcs & des fleches, & dont cependant la langue n’a pas trois cens mots. Mais quelque borné que soit le langage des bêtes, il existe : on peut assurer même qu’il est beaucoup plus étendu qu’on ne le suppose communément dans des êtres qui ont un museau allongé ou un bec.

Le langage suppose une suite d’idées & la faculté d’articuler. Quoique parmi les hommes qui articulent des mots, la plûpart n’ayent point cette suite d’idées, il faut qu’elle ait existé dans l’entendement des premiers qui ont joint ces mots ensemble. Nous avons vû que les bêtes ont, en fait d’idées suivies, tout ce qui est nécessaire pour arranger des mots. Celles de leurs habitudes qui nous paroissent le plus naturelles, ne peuvent s’être formées, comme nous l’avons prouvé, que par des inductions liées ensemble par la réflexion, & qui supposent toutes les opérations de l’intelligence ; mais nous ne remarquons point d’articulation sensible dans leurs cris. Cette apparente uniformité nous fait croire que réellement elles n’articulent point. Il est certain cependant que les bêtes de chaque espece distinguent très-bien entr’elles ces sons qui nous paroissent confus. Il ne leur arrive pas de s’y méprendre, ni de confondre le cri de la frayeur avec le gémissement de l’amour. Il n’est pas seulement nécessaire qu’elles expriment ces situations tranchées, il faut encore qu’elles en caractérisent les différentes nuances. Le parler d’une mere qui annonce à sa famille qu’il faut se cacher, se dérober à la vûe de l’ennemi, ne peut pas être le même que celui qui indique qu’il faut précipiter la fuite. Les circonstances déterminent la nécessité d’une action différente : il faut que la différence soit exprimée dans le langage qui commande l’action. Les expressions séveres, & cependant flatteuses de l’amour, qui soumettent le mâle à la réserve sans lui ôter l’espérance, ne sont pas les mêmes que celles qui lui annoncent qu’il peut tout permettre à ses desirs, & que le moment de jouir est arrivé.

Il est vrai que le langage d’action est très-familier aux bêtes ; il est même suffisant pour qu’elles se communiquent réciproquement la plûpart de leurs émotions : elles ne font donc pas un grand usage de leur langue ; leur éducation s’accomplit ainsi que la nôtre en grande partie par l’imitation. Tous les sentimens isolés qui affectent les uns, peuvent être reconnus par les autres aux mouvemens extérieurs qui les caractérisent ; mais quoique ce langage d’action serve à exprimer beaucoup, il ne peut pas suffire à tout. Dès que l’instruction est un peu compliquée, l’usage des mots devient nécessaire pour la transmettre. Or il est certain que les jeunes renards, en sortant du terrier, sont plus précautionnés dans les pays où l’on tend des piéges, que ne le sont les vieux dans ceux où l’on ne cherche point à les détruire : cette science des précautions qui suppose tant de vûes fines & d’inductions éloignées, ne peut pas être acquise dans le terrier par le langage d’action, & sans les mots l’éducation d’un renard ne peut pas se consommer : par quel méchanisme des animaux qui chassent ensemble s’accordent-ils pour s’attendre, se retrouver, s’aider ? Ces opérations ne se feroient pas sans des conventions dont le détail ne peut s’exécuter qu’au moyen d’une langue articulée. La monotomie nous trompe, faute d’habitude & de réflexion. Lorsque nous entendons des hommes parler ensemble une langue qui nous est étrangere, nous ne sommes point frappés d’une articulation sensible, nous croyons entendre la répétition continuelle des mêmes sons. Le langage des bêtes, quelque varié qu’il puisse être, doit nous paroitre encore mille fois plus monotone, parce qu’il nous est infiniment plus étranger ; mais quel que soit ce langage des bêtes, il ne peut pas aider beaucoup la perfectibilité dont elles sont douées. La tradition ne sert presque point aux progrès des connoissances. Sans l’écriture, qui appartient à l’homme seul, chaque individu concentré dans sa propre expérience, seroit forcé de recommencer la carriere que son devancier auroit parcourue, & l’histoire des connoissances d’un homme seroit presque celle de la science de l’humanité.

On peut donc présumer que les bêtes ne feront jamais de grands progrès, quoique relativement à certains arts elles puissent en avoir fait. L’architecture des castors pourroit être embellie ; la forme des nids d’hirondelles pourroit avoir acquis de l’élégance sans que nous nous en apperçussions ; mais en général les obstacles qui s’opposent aux progrès des especes sont fort difficiles à vaincre, & ses individus n’empruntent point non plus de la force d’une passion dominante cette activité soutenue qui fait qu’un homme s’éleve par le génie fort au-dessus de ses égaux. Les bêtes ont cependant des passions naturelles, & d’autres qu’on peut appeller factices ou de réflexion ; celles du premier genre sont l’impression de la faim, les desirs ardens de l’amour, la tendresse maternelle ; les autres sont la crainte de la disette, ou l’avarice & la jalousie qui conduit à la vengeance.

L’avarice est une conséquence de la faim précédemment sentie : la réflexion sur ce besoin produit une prévoyance commune à tous les animaux qui sont sujets à manquer. Les carnassiers cachent & enterrent les restes de leur proie pour les retrouver au besoin. Parmi les frugivores, ceux qui sont organisés de maniere à emporter les grains qui leur servent de nourriture, sont des provisions auxquelles ils ne touchent que dans le cas de nécessité ; tels sont les rats de campagne, les mulots, &c. mais l’avarice n’est pas une passion féconde en moyens ; son exercice se borne à l’amas & à l’épargne.

La jalousie est fille de l’amour : dans les especes dont les mâles se mêlent indifféremment avec toutes les semelles, elle n’est excitée que par la disette de celles-ci : le besoin de jouir se faisant vivement sentir à tous dans le même tems, il en résulte une rivalité réciproque & générale. Cette passion aveugle fait souvent manquer son objet à ceux qu’elle tourmente. Pendant que la fureur tient les vieux cerfs attachés au combat, un daguet s’approche des biches en tremblant, jouit & s’échappe. La jalousie est plus profonde & plus raisonnée dans les especes qui s’accouplent : quels que soient les motifs sur lesquels est fondé ce choix mutuel des deux individus, il est certain qu’il se fait, & que l’idée de propriété réciproque s’établit : dès-lors la moralité est introduite dans l’amour ; les femelles même deviennent susceptibles de jalousie : cette union commencée par l’attrait, & soutenue par le plaisir, est encore resserrée par la communauté des soins qu’exige l’éducation de la famille ; mais cet objet étant rempli, l’union cesse. Le printems, en inspirant à ces animaux de nouvelles ardeurs, leur donne des goûts nouveaux : je n’oserois cependant pas décider si les tourterelles méritent ou non la réputation de constance qu’elles ont acquise ; mais si elles sont constantes, au moins est-il sûr qu’elles ne sont pas fideles. J’en ai vû plusieurs fois faire deux heureux de suite sur une même branche : peut-être leur constance ne peut-elle être assurée qu’autant qu’elles se permettent l’infidélité.

Quoi qu’il en soit, on peut dire qu’en général l’amour n’est chez les bêtes qu’un besoin passager : cette passion, avec tous ses détails, ne les occupe guere qu’un quart de l’année, ainsi elle ne peut pas élever les individus à des progrès bien sensibles. Le tems du desintéressement doit amener l’oubli de toutes les idées que l’irritation des desirs avoit fait naître. On remarque seulement que l’expérience instruit les meres sur les choses relatives au bien de leur famille ; elles profitent dans un âge plus avancé des fautes de la jeunesse & de l’imprudence. Une perdrix de trois ou quatre ans choisit pour faire son nid une place bien plus avantageuse que ne fait une jeune ; elle se place sur un lieu un peu élevé, pour n’avoir point d’inondation à craindre : elle a soin qu’il soit environné d’épines & de ronces qui en rendent l’accès difficile. Lorsqu’elle quitte son nid pour aller manger, elle ne manque pas de dérober ses œufs, en les couvrant avec des feuilles.

Si la tendresse maternelle laisse des traces profondes dans la mémoire des bêtes, c’est que son exercice dure assez long-tems, & que d’ailleurs c’est une des passions qui affectent le plus fortement ces êtres sensibles. Elle produit en eux une activité inquiete & soutenue, une assiduité pénible, & lorsque la famille est menacée, une défense courageuse qui ressemble à un abandon total de soi-même. Je dis ressembler ; car on ne s’abandonne point entierement, & dans le moment extrème le moi se fait toûjours sentir. Une preuve de cette vérité, c’est que dans les différentes especes la témérité apparente de la mere est toûjours proportionnée aux moyens qu’elle a d’échapper au danger qu’elle paroît braver. La louve & la laie deviennent terribles, lorsqu’elles ont leurs petits à défendre : la biche vient aussi chercher le péril ; mais sa foiblesse trahit bien-tôt son courage ; & malgré sa tendre inquiétude, elle est forcée de fuir. La perdrix & la canne sauvage qui ont une ressource assûrée dans la rapidité de leurs aîles, paroissent s’exposer beaucoup plus pour la défense de leurs petits que la poule faisande : le vol pesant de celle-ci la rendroit victime d’un attachement trop courageux.

Cet amour qui paroît si généreux, produit une jalousie qui va jusqu’à la cruauté dans les especes où il est au plus haut degré. La perdrix poursuit & tue impitoyablement tous les petits de son espece qui ne sont pas de sa famille. Au contraire la poule faisande, qui abandonne plus aisément les petits qu’elle a couvés, est douée d’une sensibilité générale pour ceux de son espece ; tous ceux qui manquent de mere, ont droit de la suivre.

Qu’est-ce donc, encore une fois, que l’instinct ? Nous voyons que les bêtes sentent, comparent, jugent, réfléchissent, choisissent, & sont guidées dans toutes leurs démarches par un sentiment d’amour de soi que l’expérience rend plus ou moins éclairé. C’est avec ces facultés qu’elles exécutent les intentions de la nature, qu’elles servent à l’ornement de l’univers, & qu’elles accomplissent la volonté, inconnue pour nous, que le Créateur eut en les formant.

Instinct, (Maréchallerie & Manege.) c’est un grand point dans le manege que de connoître l’instinct, c’est-à-dire le naturel du cheval. Cette connoissance s’acquiert plûtôt en le faisant d’abord travailler dans un endroit où il est retenu, comme autour d’un pilier, qu’en l’abandonnant à lui-même avec un cavalier sous lui, & elle épargne à un écuyer beaucoup de tems & de peine.