L’Encyclopédie/1re édition/LACTÉES, Veines lactées

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

LACTÉES, Veines lactées, ou Vaisseaux lactés, en Anatomie, sont de petits vaisseaux longs, qui des intestins portent le chyle dans le réservoir commun. Voyez Chyle.

Hippocrate, Erasistrate & Galien, passent pour les avoir connues ; mais Asellius fut le premier qui publia en 1622 une description exacte de celles qu’il avoit vûes dans les animaux, & qui les nomma veines lactées, parce que la liqueur qu’elles contiennent ressemble à du lait. Voyez Dougl. bibl. anat. pag. 236. édit. 1734. Tulpius est le premier qui les ait vûes dans l’homme en 1537. Highmor & Folius en 1739. Veslingius les a souvent vûes dans l’homme, & il en a donné la figure. Celle que Duverney a insérée dans le vol. I. des actes de Petersbourg, est la meilleure de toutes. Ces veines, du tems de Bartholin, ont été tellement confondues avec les vaisseaux lymphatiques, que les uns ont dit qu’elles se jettoient dans le foie, d’autres dans la matrice, d’autres enfin dans différentes parties.

Ces vaisseaux ont des tuniques si minces, qu’ils sont invisibles, excepté lorsqu’ils sont remplis de chyle ou de lymphe. Ils viennent de tous les endroits des intestins grêles, & à mesure qu’ils s’avancent de-là vers les glandes du mesentere, ils s’unissent & forment de plus grosses branches, appellées veines lactées du premier genre. Les orifices par lesquels ces vaisseaux s’ouvrent dans la cavité des intestins, d’où ils reçoivent le chyle, sont si petits qu’il est impossible de les appercevoir avec le meilleur microscope. Il étoit nécessaire qu’ils surpassassent en petitesse les plus petites arteres, afin qu’il n’y entrât rien qui pût arrêter la circulation du sang.

Cette extrémité des veines lactées communique avec les arteres capillaires des intestins, & les veines lactées reçoivent par ce moyen une lymphe qui détrempe le chyle, en facilite le cours, les tiennent nettes elles-mêmes, & aussi les glandes, de peur que le chyle venant à s’y arrêter quand on jeûne, ne les embarrasse & ne les bouche.

Les veines lactées par leur autre extrémité, déchargent le chyle dans les cellules vessiculaires des glandes répandues par tout le mésentere. De ces glandes viennent d’autres veines lactées plus grosses, qui portent le chyle immédiatement dans le reservoir de Pecquet ; & ces dernieres sont appellées veines lactées secondaires.

Les veines lactées ont de distance en distance des valvules qui empêchent le chyle de retourner dans les intestins. Voyez Valvule.

On doute encore si les gros intestins ont des veines lactées ou non. L’impossibilité de disséquer des corps humains comme il faudroit pour une telle recherche, ne permet pas de l’assurer ou de le nier. Les matieres contenues dans les gros intestins ne sont pas propres à fournir beaucoup de chyle ; de sorte que s’ils ont des veines lactées, ils ne sauroient vraissemblablement en avoir que très-peu. Il est constant qu’on les a observées dans plusieurs animaux. Winslow, Bohne, Folius, Warcher, Highmor les ont vues dans l’homme. Santorini, Le psotti, Drelincourt, Brunner, prétendent qu’il n’y en a point dans les gros intestins ; mais, comme l’observe très-judicieusement M. Haller, les conclusions négatives doivent être soutenues par beaucoup d’expériences.

Dans les animaux, si on les ouvre, un tems raisonnable après qu’ils ont pris de la nourriture, comme au bout de deux ou trois heures, on apperçoit les veines lactées blanches & très gonflées ; & si on les blesse, le chyle en sort abondamment. Mais si on les examine lorsque l’estomac de l’animal a été quelque tems vuide, elles paroissent comme des vaisseaux lymphatiques, étant visibles à la vérité, mais pleines d’une liqueur transparente.

Le chyle contenu dans les veines lactées, montre qu’elles communiquent avec la cavité des intestins. Mais on n’a pas encore découvert comment leurs orifices sont disposés pour le recevoir, & on ne connoît aucun moyen d’injecter les veines lactées par la cavité des intestins. Ainsi leur entrée dans ce canal est probablement oblique, puisque ni l’air, ni les liqueurs n’y peuvent pénétrer de-là ; & comme les veines lactées ne reçoivent rien que pendant la vie de l’animal, il y a lieu de croire que c’est le mouvement péristaltique des intestins qui les met en état de recevoir le chyle. Ce qui peut s’exécuter par le moyen des fibres circulaires & longitudinales des intestins, qui appliquent sans cesse leurs tuniques internes contre ce qu’ils contiennent ; en conséquence de quoi le chyle est séparé de la matiere excrémentitielle, & se trouve forcé d’entrer par les orifices des veines lactées.