L’Encyclopédie/1re édition/LAQUE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  LAQUAIS
LAQUEARIUS  ►

LAQUE, s. f. On donne ce nom à plusieurs especes de pâtes seches dont les Peintres se servent ; mais ce qu’on appelle plus proprement laque, est une gomme ou résine rouge, dure, claire transparente, fragile, qui vient du Malabar, de Bengale & de Pégu. Son origine A, sa préparation B, & son analyse chimique C, sont ce qu’il y a de plus curieux à observer sur ce sujet.

A, son origine. Suivant les mémoires que le P. Tachard, jésuite, missionnaire aux Indes orientales, envoya de Pondichery à M. de la Hire en 1709, la laque se forme ainsi : de petites fourmis rousses s’attachent à différens arbres, & laissent sur leurs branches une humidité rouge, qui se durcit d’abord à l’air par sa superficie, & ensuite dans toute sa substance en cinq ou six jours. On pourroit croire que ce n’est pas une production des fourmis, mais un suc qu’elles tirent de l’arbre, en y faisant de petites incisions ; & en effet, si on pique les branches proche de la laque, il en sort une gomme ; mais il est vrai aussi que cette gomme est d’une nature différente de la laque. Les fourmis se nourrissent de fleurs ; & comme les fleurs des montagnes sont plus belles & viennent mieux que celles des bords de la mer, les fourmis qui vivent sur les montagnes sont celles qui font la plus belle laque, & du plus beau rouge. Ces fourmis sont comme des abeilles, dont la laque est le miel. Elles ne travaillent que huit mois de l’année, & le reste du tems elles ne font rien à cause des pluies continuelles & abondantes.

B, sa préparation. Pour préparer la laque, on la sépare d’abord des branches où elle est attachée ; on la pile dans un mortier ; on la jette dans l’eau bouillante ; & quand l’eau est bien teinte, on en remet d’autre jusqu’à ce qu’elle ne se teigne plus. On fait évaporer au soleil une partie de l’eau qui contient cette teinture ; après quoi on met la teinture épaissie dans un linge clair ; on l’approche du feu, & on l’exprime au-travers du linge. Celle qui passe la premiere est en goutes transparentes, & c’est la plus belle laque. Celle qui sort ensuite, & par une plus sorte expression, ou qu’on est obligé de racler de dessus le linge avec un coûteau, est plus brune & d’un moindre prix.

C, son analyse chimique. M. Lemery l’a faite, principalement dans la vûe de s’assurer si la laque étoit une gomme ou une résine. Ces deux mixtes, assez semblables, différent en ce que le soufre domine dans les résines, & le sel ou l’eau dans les gommes. Il trouva que l’huile d’olive ne dissolvoit point la laque, & n’en tiroit aucune teinture ; que l’huile étherée de térébenthine & l’esprit-de-vin n’en tiroient qu’une légere teinture rouge ; ce qui fait voir que la laque n’est pas fort résineuse, & n’abonde pas en soufre ; que d’ailleurs une liqueur un peu acide, comme l’eau alumineuse, en tiroit une teinture plus forte, quoiqu’elle n’en fît qu’une dissolution fort légere, & que l’huile de tartre y faisoit assez d’effet ; ce qui marque qu’elle a quelque partie saline, & qu’elle est imparfaitement gommeuse, & que par conséquent c’est un mixte moyen entre la gomme & la résine. Il est à remarquer que les liqueurs acides foibles tiroient quelque teinture de la laque, & que les fortes, comme l’esprit-de nitro & de vitriol, n’en tiroient aucune. Cependant la laque, qui ne leur donnoit point de couleur, y perdoit en partie la sienne, & devenoit d’un jaune pâle. La Physique est trop compliquée pour nous permettre de prévoir sûrement aucun effet par le raisonnement. Hist. de l’Acad. Royale, en 1710, pag. 58. 60.

Laque fine. La laque ou lacque est une gomme résineuse, qui a donné son nom à plusieurs especes de pâtes seches, qu’on emploie également en huile & en miniature. Celle qu’on appelle laque fine de Venise est faite avec de la cochenille mesteque, qui reste après qu’on a tiré le premier carmin : on la prépare fort bien à Paris, & l’on n’a pas besoin de la faire venir de Venise : on la forme en petits throchisques rendus friables de couleur rouge foncé.

Il y a de trois sortes de laque ; la laque fine, l’émeril de Venise ; la laque plate ou colombine, & la laque liquide. La laque fine a conservé son nom de Venise, d’où elle fut d’abord apportée en France ; mais on la fait aussi bien à Paris ; nous n’avons pas besoin d’y recourir. Elle est composée d’os de seche pulvérisés, que l’on colore avec une teinture de cochenille mesteque, de bois de Brésil de Fernambouc, bouillis dans une lessive d’alun d’Angleterre calciné, d’arsenic, de natrum ou soude blanche, ou soude d’Alicante, que l’on réduit ensuite en pâte dans une forme de throchisque ; si on souhaite qu’elle soit plus brune, on y ajoûte de l’huile de tartre : pour être bonne il faut qu’elle soit tendre & friable, & en petits throchisques. Dictionn. de Commerce.

Laque commune. La laque colombine ou plate est faite avec les tondures de l’écarlate bouillie dans une lessive de soude blanche, avec de la craie & de l’alun ; on forme cette pâte ou tablette, & on la fait sécher ; on la prépare mieux à Venise qu’ailleurs ; elle doit être nette, ou le moins graveleuse qu’il se pourra, haute en couleur. Lemery.

La laque plate ou colombine est faite de teinture d’écarlate bouillie dans la même lessive dont on se sert pour la laque de Venise, & que l’on jette après l’avoir passée, sur de la craie blanche & de l’alun d’Angleterre en poudre, pourri, pour en former ensuite des tablettes quarrées, de l’épaisseur du doigt. Cette espece de laque vaut mieux de Venise que de Paris & de Hollande, à cause que le blanc dont les Vénitiens se servent, est plus propre à recevoir ou à conserver la vivacité de la couleur.

La laque liquide n’est autre chose qu’une teinture de bois de Fernambouc qu’on tire par le moyen des acides.

On appelle aussi laque, mais assez improprement, certaines substances colorées, dont se servent les enlumineurs, & que l’on tire des fleurs par le moyen de l’eau-de-vie, &c. Dict. du com.

Gomme laqueuse. La gomme laque découle des arbres qui sont dans le pays de Siam, Cambodia, & Pegu.