L’Encyclopédie/1re édition/LAWKS

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  LAWINGEN
LAXATIF  ►

LAWKS, (Com. de Russie.) ce mot est russe, & signifie les boutiques. C’est ainsi que l’on nomme le marché public établi par le czar Pierre Alexiowitz à Petersbourg, pour y débiter toutes les marchand ses qui y arrivent du dehors, ou qui s’y fabriquent, en sorte qu’il n’est permis à personne de garder des marchandises dans sa maison, ni d’en vendre dans aucun autre endroit qu’aux lawks.

Ce marché public est composé d’une grande cour, avec un bâtiment de bois à deux étages, couvert de tuiles, & partagé en deux portions, par une muraille qui le coupe d’un bout à l’autre, dans sa longueur. Il y a un double rang de boutiques, tant en bas qu’en haut, dont l’un donne sur la rue, & l’autre sur la cour. Le long des boutiques regnent des galeries, où ceux qui viennent acheter sont à couvert.

Cette maison appartient au souverain qui en loue cherement les boutiques aux marchands auxquels pourtant il est défendu d’y loger. Il y a des sentinelles & des corps-de-garde aux quatre coins & aux quatre portes de ce marché.

Les inconvéniens d’un établissement de cette nature, sans aucun avantage, sautent aux yeux de tout le monde ; c’est le fruit de l’esprit d’un prince encore barbare, & bien mal éclairé dans la science du commerce. Le czar devoit songer à faire une douane de son bâtiment, & non pas un marché exclusif qui génât les négocians à y porter leurs effets, & à ne pouvoir les vendre chez eux. Il auroit tiré beaucoup plus d’argent par des droits modérés d’entrée & de sortie sur les marchandises, que par la cherté du loyer de ses boutiques. D’ailleurs rien de si fou que d’exposer les biens de ses sujets à être consumés sans ressource par un incendie. Ce malheur arriva en 1710, & peut sans doute arriver encore, malgré toutes les précautions humaines. (D. J.)