L’Encyclopédie/1re édition/LETTRÉS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  LETTRES
LETTRINE  ►

LETTRÉS, Litradas, (Littérat.) nom que les Chinois donnent à ceux qui savent lire & écrire leur langue. Voyez Chinois.

Il n’y a que les lettrés qui puissent être élevés à la qualité de mandarins. Voyez Mandarins. Lettrés est aussi dans le même pays le nom d’une secte qu’on distingue par ses sentimens sur la religion, la Philosophie, la politique. Elle est principalement composée de gens de lettres du pays, qui lui donnent le nom de jukiao, c’est-à-dire les savans ou gens de lettres.

Elle s’est élevée l’an 1400 de J. C. lorsque l’empereur, pour réveiller la passion de son peuple pour les Sciences, dont le goût avoit été entierement émoussé par les dernieres guerres civiles, & pour exciter l’émulation parmi les mandarins, choisit quarante-deux des plus habiles docteurs, qu’il chargea de composer un corps de doctrine conforme à celle des anciens, pour servir desormais de regle du savoir, & de marque pour reconnoître les gens de lettres. Les savans préposés à cet ouvrage, s’y appliquerent avec beaucoup d’attention ; mais quelques personnes s’imaginerent qu’ils donnerent la torture à la doctrine des anciens pour la faire accorder avec la leur, plutôt qu’ils ne formerent leurs sentimens sur le modele des anciens. Ils parlent de la divinité comme si ce n’étoit rien de plus qu’une pure nature, ou bien le pouvoir & la vertu naturelle qui produit, arrange & conserve toutes les parties de l’univers. C’est, disent-ils, un pur & parfait principe, sans commencement ni fin ; c’est la source de toutes choses, l’espérance de tout être, & ce qui se détermine soi-même à être ce qu’il est. Ils font de Dieu l’ame du monde ; il est, selon leurs principes, répandu dans toute la matiere, & il y produit tous les changemens qui lui arrivent. En un mot, il n’est pas aisé de décider s’ils réduisent l’idée de Dieu à celle de la nature, ou s’ils élevent plutôt l’idée de la nature à celle de Dieu : car ils attribuent à la nature une infinité de ces choses que nous attribuons à Dieu.

Cette doctrine introduisit à la Chine une espece d’athéïsme raffiné, à la place de l’idolatrie qui y avoit régné auparavant. Comme l’ouvrage avoit été composé par tant de personnes réputées savantes & versées en tant de parties, que l’empereur lui-même lui avoit donné son approbation, le corps de doctrine fut reçu du peuple non seulement sans contradiction, mais même avec applaudissement. Plusieurs le goûterent, parce qu’il leur paroissoit détruire toutes les religions ; d’autres en furent satisfaits, parce que la grande liberté de penser qu’il leur laissoit en matiere de religion, ne leur pouvoit pas donner beaucoup d’inquiétude. C’est ainsi que se forma la secte des lettrés, qui est composée de ceux des Chinois qui soutiennent les sentimens que nous venons de rapporter, & qui y adherent. La cour, les mandarins, les gens de qualité, les riches, &c. adoptent presque généralement cette façon de penser ; mais une grande partie du menu peuple est encore attachée au culte des idoles.

Les lettrés tolerent sans peine les Mahométans, parce que ceux-ci adorent comme eux le roi des cieux & l’auteur de la nature ; mais ils ont une parfaite aversion pour toutes les sectes idolatres qui se trouvent dans leur nation. Ils résolurent même une fois de les extirper, mais le desordre que cette entreprise auroit produit dans l’empire les empêcha ; ils se contentent maintenant de les condamner en général comme autant d’hérétiques, & renouvellent solemnellement tous les ans à Pékin cette condamnation.