L’Encyclopédie/1re édition/LYCANTHROPE, ou LOUP-GAROU

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  LYAEUS

LYCANTHROPE, ou LOUP-GAROU, (Divin.) homme transformé en loup par un pouvoir magique, ou qui par maladie a les inclinations & le caractere féroce d’un loup.

Nous donnons cette définition conformément aux idées des Démonographes, qui admettent de deux sortes de lycanthropes ou de loups-garoux. Ceux de la premiere espece sont, disent-ils, ceux que le diable couvre d’une peau de loup, & qu’il fait errer par les villes & les campagnes en poussant des hurlemens affreux & commettant des ravages. Ils ne les transforment pas proprement en loups, ajoutent-ils, mais ils leur en donnent seulement une forme fantastique, ou il transporte leurs corps quelque part, & substitue dans les endroits qu’ils ont coutume d’habiter & de fréquenter, une figure de loup. L’existence de ces sortes d’êtres n’est prouvée que par des histoires qui ne sont rien moins qu’avérées.

Les loups-garoux de la seconde espece sont des hommes atrabilaires, qui s’imaginent être devenus loups par une maladie que les Medecins nomment en grec λυκαωνια, & λυκανθροπια, mot composé de λυκος, loup, & ἄνθρωπος, homme, Delrio, lib. II.

Voici comme le pere Malebranche explique comment un homme s’imagine qu’il est loup-garou : « un homme, dit-il, par un effort déreglé de son imagination, tombe dans cette folie qu’il se croit devenir loup toutes les nuits. Ce déreglement de son esprit ne manque pas à le disposer à faire toutes les actions que font les loups, ou qu’il a oui dire qu’ils faisoient. Il sort donc à minuit de sa maison, il court les rues, il se jette sur quelque enfant s’il en rencontre, il le mord & le maltraite, & le peuple stupide & superstitieux s’imagine qu’en effet ce fanatique devient loup, parce que ce malheureux le croit lui-même, & qu’il l’a dit en secret à quelques personnes qui n’ont pû s’en taire.

« S’il étoit facile, ajoute le même auteur, de former dans le cerveau les traces qui persuadent aux hommes qu’ils sont devenus loups, & si l’on pouvoit courir les rues, & faire tous les ravages que font ces misérables loups-garoux, sans avoir le cerveau entierement bouleversé, comme il est facile d’aller au sabbat dans son lit & sans se réveiller, ces belles histoires de transformations d’hommes en loups, ne manqueroient pas de produire leur effet comme celles qu’on fait du sabbat, & nous aurions autant de loups-garoux, que nous avons de sorciers. Voyez Sabbat.

« Mais la persuasion qu’on est transformé en loup, suppose un bouleversement de cerveau bien plus difficile à produire que celui d’un homme qui croit seulement aller au sabbat… Car afin qu’un homme s’imagine qu’il est loup, bœuf, &c. il faut tant de choses, que cela ne peut être ordinaire ; quoique ces renversemens d’esprit arrivent quelquefois, ou par une punition divine, comme l’Ecriture le rapporte de Nabuchodonosor, ou par un transport naturel de mélancholie au cerveau, comme on en trouve des exemples dans les auteurs de Medecine ». Recherches de la vérité, tome premier, livre X I. chapitre vj.