L’Encyclopédie/1re édition/MANSION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MANS-JA

MANSION, s. f. (Géogr.) Ce mot doit être employé dans la géographie de l’Empire romain lorsqu’il s’agit de grandes routes. C’est un terme latin, mansio, lequel signifie proprement demeure, séjour, & même ses autres acceptions sont toutes relatives à cette signification.

1°. Quand les Romains s’arrêtoient un petit nombre de jours pour laisser reposer les troupes dans des camps, ces camps étoient nommés mansiones ; mais s’ils y passoient un tems plus considérable, ils s’appelloient stativa castra.

2°. Les lieux marqués sur les grandes routes, où les légions, les recrues, les généraux avec leur suite, les empereurs mêmes trouvoient tous leurs besoins préparés d’avance, soit dans les magasins publics, soit par d’autres dispositions, se nommoient mansiones. C’étoit dans une mansion, entre Héraclée & Constantinople, qu’Aurelien fut assassiné par deux de ses gens. Ces mansions étoient proprement affectées à la commodité des troupes ou des personnes revêtues de charges publiques, & on leur fournissoit tout des deniers de l’état. Celui qui avoit l’intendance d’une mansion se nommoit manceps ou stationarius.

3°. Il y avoit outre cela des mansions ou gîtes pour les particuliers qui voyageoient, & où ils étoient reçus en payant les frais de leur dépense : c’étoient proprement des auberges. C’est de ce mot de mansio, dégénéré en masio, que nos ancêtres ont formé le mot de maison.

4°. Comme la journée du voyageur finissoit au gîte ou à la mansion, de-là vint l’usage de compter les distances par mansions, c’est-à-dire par journées de chemin. Pline dit mansionihus octo stat regio thurifera à monte excelso. Les Grecs ont rendu le mot de mansion par celui de stathmos, σταθμος. (D. J.)