L’Encyclopédie/1re édition/MARAGNAN

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MARACAYBO
MARAIS  ►

MARAGNAN, la capitainerie de (Géogr.) les Portugais écrivent Maranhan, & prononcent Maragnan, province de l’Amérique méridionale au Brésil, & l’une des treize portions ou gouvernemens de ce pays-là, dans sa partie septentrionale. Elle est bornée au couchant par la capitainerie de Para, à l’orient par celle de Siara, au septentrion par la mer, au midi par la nation des Tapuyes. Elle renferme une île importante qui mérite un article à part.

Maragnan, l’île de (Géogr.) île de l’Amérique méridionale au Brésil, dans la capitainerie à laquelle elle donne son nom. Elle est formée par trois rivieres considérables, qu’on nomme le Maraca, le Topucuru, & le Mony. Cette île est peuplée, fertile, a 45 lieues de circuit, & est éloignée de la ligne vers le sud, de 2. 30. long. 323.

Les François s’y établirent en 1612, & y jetterent les fondemens de la ville de Maragnan, que les Portugais ont élevés quand ils s’en sont rendus maîtres. Cette ville est petite, mais elle est fortifiée par un château sur un rocher. Elle a un bon port, avec un évêché suffragant de l’archevêque de San-Salvador de la Baya.

Il y a encore dans cette île plusieurs villages, que les gens du pays appellent Tave. Ces villages consistent chacun en quatre cabanes jointes en quarré à la maniere des cloitres. Ces cabanes sont composées de troncs d’arbres & de branches liées ensemble, & couvertes depuis le bas jusqu’au haut de feuilles de palmiers.

Maragnan étant si près de la ligne, les nuits y sont les mêmes dans tout le cours de l’année ; on n’y éprouve ni froid ni sécheresse, & la terre y rapporte le maïs avec abondance. Les racines de manioc y croissent aussi fort grosses & en peu de tems. On y a des melons & autres fruits toute l’année.

Les naturels de cette contrée vont tout nuds. Ils se peignent le corps de différentes couleurs, & affectent le noir pour les cuisses. Les femmes se percent les oreilles, & y pendent de petites boules de bois. Les hommes se percent les narines, ou la levre d’en bas, & y suspendent une pierre verte. L’arc & les fleches sont leurs seules armes.