L’Encyclopédie/1re édition/MARCOSIENS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MARCOPOLIS
MARCOTTE  ►

MARCOSIENS, s. m. (Théolog.) nom de secte ; anciens hérétiques du parti des Gnostiques. Voyez Gnostique.

Saint Irenée parle fort au long du chef de cette secte nommé Marc, qui étoit réputé pour un grand magicien. Le fragment de ce saint, qui mérite d’être lû, se trouve en grec dans S. Epiphane. Il renferme plusieurs choses très-curieuses touchant les prieres ou invocation des anciens Gnostiques. On y voit des vestiges de l’ancienne cabale juive sur les lettres de l’alphabet, & sur leurs propriétés, aussi-bien que sur les mysteres des nombres ; ce que les Juifs & les Gnostiques avoient emprunté de la philosophie de Pythagore & de Platon.

Ce Marc étoit un grand imposteur, qui faisoit illusion aux simples, principalement aux femmes ; il savoit l’art de la magie, qui étoit comme une espece de métier dans l’Egypte dont il étoit ; & pour imposer plus aisément à ses sectateurs, il se servoit de certains mots hébreux, ou plûtôt chaldaïques, qui étoient fort en usage parmi les enchanteurs de ces tems-là. Le but de tous ces prestiges étoit la débauche & l’impureté ; car Maic & ses disciples tendoient à séduire les femmes, & à en abuter, comme il paroit par divers traits que rapporte M. Fieury, hist. ecclésiast. tom. I. liv. IV. pag. 139 & 140.

Les Marcosiens avoient un grand nombre de livres apocryphes qu’ils mettoient dans le même rang que les livres divins. Ils avoient tiré de ces livres plusieurs réveries touchant l’enfance de Jesus-Christ, qu’ils débitoient comme de véritables histoires. Il est étonnant que ces sortes de fables aient été du goût de plusieurs chrétiens, & qu’elles se trouvent encore aujourd’hui dans des livres manuscrits qui sont à l’usage des moines grecs. Dict. de Trevoux.