L’Encyclopédie/1re édition/MILLIAIRE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  MILLET
MILLIAR  ►

MILLIAIRE, s. m. (Hist. anc.) espace de mille pas géométriques, distance par laquelle les Romains marquoient la longueur des chemins, comme nous la marquons par lieues. On compte encore par milles en Italie. Il y avoit à Rome au milieu de la ville une colonne appellée milliaire, qui étoit comme le centre commun de toutes les voies ou grands chemins sur lesquels étoient plantés, de mille pas en mille pas, d’autres colonnes, ou pierres numerotées, suivant la distance où elles étoient de la capitale ; de là ces expressions fréquentes dans les auteurs, tertio ab urbe lapide, quarto ab urbe lapide, pour exprimer une distance de trois ou quatre mille pas de Rome. A l’exemple de cette ville les autres principales de l’Empire firent poser dans leurs places publiques des colonnes milliaires destinées au même usage. Voyez Colonne milliaire.

Milliaires, milliaria, (Hist. anc.) grands vases, ou réservoirs dans les thermes des Romains, ainsi nommés de la grande quantité d’eau qu’ils contenoient, & qui par des tuyaux se distribuoit, à l’aide d’un robinet, dans les différentes piscines, ou cuves où l’on prenoit le bain. Voyez Bains.

Milliaire doré, (Littér. & Géog.) milliarium aureum, comme disent Pline & Tacite ; colonne qui fut dressée au centre de Rome, & sur laquelle étoient marqués les grands chemins d’Italie, & leurs distances de Rome par milles.

Ce fut Auguste qui, pendant qu’il exerçoit la charge de curator viarum, fit élever cette colonne & l’enrichit d’or, d’où elle reçut son nom de milliaire doré. Il ne faut pas croire d’après Varron, que tous les chemins d’Italie aient abouti à la colonne milliaire par une suite de nombres : cela n’étoit point ainsi ; plusieurs villes célebres interrompoient cette suite, & comptoient leurs distances des unes aux autres par leurs milliaires particuliers : encore moins cette suite se rencontroit-elle depuis Rome jusqu’aux autres parties de l’empire, comme, par exemple, dans les Gaules, puisque l’on trouve plusieurs colonnes où le nombre gravé n’est que d’un petit nombre de milles, quoiqu’elles soient à plus de cent lieues de Rome.

La colone milliaire d’Auguste étoit érigée dans le forum romanum, près du temple de Saturne. Elle ne subsiste plus aujourd’hui, & ce n’est que par une vaine conjecture qu’on suppose qu’elle étoit posée à l’endroit où l’on voit maintenant l’église de Sainte-Catherine de la consolation, dans le quartier de Campitoli, qui est au milieu de Rome moderne. (D. J.)