L’Encyclopédie/1re édition/MOISISSURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  MOISIR
MOISON  ►

MOISISSURE, s. f. (Gram. & Phys.) ce terme se dit des corps qui se corrompent à l’air par le principe d’humidité qui s’y trouve caché, & dont la corruption se montre par une espece de duvet blanc qu’on voit à leur surface.

Cette moisissure est très-curieuse à voir au microscope ; elle y représente une espece de prairie, d’où sortent des herbes & des fleurs, les unes seulement en bouton, d’autres toutes épanouies, & d’autres fanées, dont chacune a sa racine, sa tige & toutes les autres parties naturelles aux plantes. On en peut voir les figures dans la Micrographie de Hook. On peut observer la même chose de la moisissure qui s’amasse sur la surface des liquides.

M. Bradley a observé avec grand soin cette moisissure dans un melon, & il a trouvé que la végétation de ces petites plantes se faisoit extrèmement vite. Chaque plante a une quantité de semences qui ne paroissent pas être trois heures à jetter racine, & dans six heures de plus la plante est dans son état de maturité, & les semences prêtes à en tomber. Quand le melon eût été couvert de moisissure pendant six jours, sa qualité végétative commença à diminuer, & elle passa entierement en deux jours de plus ; alors le melon tomba en putréfaction, & ses parties charnues ne rendirent plus qu’une eau fétide, qui commença à avoir assez de mouvement dans sa surface. Deux jours après il y parut des vers, qui en six jours de plus s’envelopperent dans leurs coque, où ils restent quatre jours, & après ils en sortirent en état de mouche. Voyez Moucheron.