L’Encyclopédie/1re édition/MONDE, le

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  MONDE
MONDEGO  ►

MONDE, le, (Géog.) ce mot se prend communément en Géographie pour le globe terrestre. En ce sens, si un voyageur partant de Cadix ou de Séville, alloit à Porto-Bello dans la nouvelle Espagne, & de-là s’embarquant à Panama, passoit aux Philippines, & revenoit en Espagne, ou par la Chine, l’empire Russien, la Pologne, l’Allemagne, & la France, ou par les Indes, la Perse, la Turquie, & la Méditerranée, on diroit de lui qu’il a fait le tour du monde.

Comme la connoissance que les anciens avoient du monde se bornoit à l’hémisphere où sont l’Europe, l’Asie & l’Afrique, on s’est accoutumé à donner le nom de monde à un seul hémisphere, & on a appellé l’ancien monde, l’hémisphere que l’on connoissoit anciennement, & nouveau monde celui qu’on venoit de découvrir.

Monde nouveau, (Géog.) c’est ainsi qu’on nomme l’Amérique inconnue aux anciens, & découverte par Colomb, dont la gloire fut pure ; mais mille horreurs ont deshonoré les grandes actions des vainqueurs de ce nouveau monde : les lois trop tard envoyées de l’Europe, ont foiblement adouci le sort des Amériquains. (D. J.)

Monde-ouvert, (Littérat.) mundus-patens, solemnité qui se faisoit à Rome dans une chapelle ronde comme le monde, dédiée aux P… D… & aux dieux infernaux. On n’ouvroit que trois fois l’an cette chapelle, savoir le lendemain des voscanales, le 4 d’Octobre, & le 7 des ides de Novembre. Le peuple romain croyoit que l’enfer étoit ouvert ces jours-là, & regardoit en conséquence comme une action religieuse, à ce que dit Macrobe, de ne point livrer bataille alors, de ne point se mettre sur mer, & de ne point se marier. Mundus cùm patet, deorum tristium atque inferum quasi janua patet, propterea non modo prælium committi, verum etiam navem solvere, uxorem ducere, religiosum est. Saturnal. liv. I. chap. xvj. (D. J.)

Monde, en terme de Blason, est un globe sur lequel il y a une croix. On le trouve dans les armes des empereurs & des électeurs de l’Empire. Christophe Colomb, après avoir découvert le nouveau monde, porta un pareil globe dans ses armes, avec la permission du roi d’Espagne.