L’Encyclopédie/1re édition/MONOSYLLABE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

MONOSYLLABE, s. m. (Gram.) qui n’est que d’une syllabe, comme roi, yeux, dont. Une langue qui abondera en monosyllabes sera prompte, énergique, rapide, mais il est difficile qu’elle soit harmonieuse ; on peut le démontrer par des exemples de vers où l’on verra que plus il y a de monosyllabes, plus ils sont durs. Chaque syllabe isolée & séparée par la prononciation fait une espece de choc ; & une période qui en seroit composée imiteroit à mon oreille le bruit désagréable d’un poligone à plusieurs côtés, qui rouleroit sur des pavés. Quelques vers heureux, tels que celui de Malherbe,

Et moi je ne vois rien, quand je ne la vois pas.

ne prouvent rien contre la généralité de mon observation. Jamais Racine ne se seroit pardonné celui-ci,

Le ciel n’est pas plus pur que le fond de son cœur,

sans le charme de l’idée qui l’a fait passer sur la cacophonie de pas, plus, pur.