L’Encyclopédie/1re édition/NOCTAMBULE et NOCTAMBULISME

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  NOCOR
NOCTULIUS  ►

NOCTAMBULE & NOCTAMBULISME, s. m. (Medecine.) νοκτοϐατης ; ce nom est composé de deux mots latins, nocte, ambulans, dont le cens est qui se promene de nuit. On avoit donné ce nom à ces personnes qui se levent la nuit en dormant, & qui se promenent, parlent, écrivent, ou font d’autres actions même pénibles & malaisées sans s’éveiller, souvent avec la même exactitude qu’étant bien éveillés. On en a vu quelquefois qui étoient plus spirituels, plus industrieux & plus adroits, quoiqu’ensevelis dans un profond sommeil. On appelle la maladie noctambulisme. Sennert se sert aussi, pour la désigner, du mot nocti-surgium, qui signifie se lever la nuit ; mais ces dénominations ne sont pas aussi exactes ni aussi usitées que celles de somnambule & somnambulisme (voyez ces mots), car on peut, quoique nullement atteint de cette maladie, se lever & promener la nuit. Les promenades nocturnes sont très-ordinaires à des personnes bien éveillées ; d’ailleurs on peut être attaqué du somnambulisme dans le jour ; c’est ce qui arrive à ceux qui font la méridienne. Castellus dit avoir vu un célebre théologien qui s’endormoit tous les jours après son dîné ; & dès que son sommeil étoit bien décidé, il se levoit, promenoit, faisoit la conversation avec son épouse, & retournoit ensuite dans le fauteuil où il s’étoit endormi ; à son réveil il ne conservoit pas la moindre idée de ce qu’il avoit fait.