L’Encyclopédie/1re édition/OFANTO l

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  OEUVRE
OFAVAI  ►

OFANTO l’, (Géogr.) les François disent l’Ofante, riviere du royaume de Naples, qui traverse la Pouille de l’ouest à l’est, & tombe dans le golfe de Venise : sa source est dans la principauté ultérieure, proche de Conza, & sépare dans son cours le Capitanat de la terre de Bari & du Basilicat.

Cette riviere se nomme en latin Aufidus, & Horace en a fait une peinture des plus animées. « C’est ainsi, dit-il, que l’Ofanto, qui baigne les campagnes de la Pouille, enfle ses eaux courroucées, & menace de ruiner par ses débordemens l’espérance du laboureur, en roulant avec furie ses flots mugissans ».

Sic tauriformis volvitur Aufidus
Qui regna Dauni præfluit appuli,
Cùm sævit, horrendamque cultis
Diluviem meditatur agris.

Liv. IV. Ode xiv.

Voilà des images & de la poésie. Tauriformis Aufidus ; l’Ofanto jettant des gémissemens se courrouce, entre en fureur, sævit ; il forme des desseins, meditatur ; quels desseins ? de ramasser un déluge d’eau, diluviem horrendam cultis agris, & de décharger sa colere ; enfin l’exécution suit de près les préparatifs, il franchit ses rives, il se roule au milieu des campagnes, & traîne avec lui le ravage & la désolation. (D. J.)