L’Encyclopédie/1re édition/OFFA de Van-Helmont

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  OFAVAI
OFFE  ►

OFFA de Van-Helmont, (Chimie.) quelques auteurs françois ont aussi dit soupe ; il eût au-moins fallu dire bouillie, pour représenter la chose dont il s’agit ; mais offa vaut mieux ; il est devenu technique même en françois. On connoît sous ce nom en Chimie un précipité très-abondant, qui résulte du mélange de l’esprit-de-vin, & d’un esprit alkali volatil, ou sel alkali volatil résout ; ce précipité n’est autre chose que l’alkali volatil même, séparé de l’eau qui le tenoit en dissolution, & qui l’a abandonné pour s’unir à l’esprit-de-vin avec lequel elle a plus d’affinité. Il est donc clair que ce n’est là qu’une fausse coagulation. Voyez Coagulation. Van-Helmont de qui nous vient cette expérience, & le nom de cette production chimique, en parle en ces termes dans son traité de lithiasi, chap. iij. n°. 5. miseris spiritum urinæ, aquâ vitæ dephlegmatæ : atque in momento, ambo simul, in offam albam coagulata sunt, mirè tamen fugacem atque subtilem. Ce phénomene n’est pas unique en Chimie : au contraire on connoit des précipités qui occupent tant de volume dans la liqueur où ils sont formés, qu’ils sont capables de l’absorber & de la faire disparoître toute entiere, ensorte que deux liqueurs qu’on a mêlées pour opérer cette précipitation sont sensiblement changées en un corps dur ou assez consistant pour prendre & retenir, à la maniere des solides, toutes les formes qu’on veut lui donner. Tel est le précipité de l’huile de chaux, ou solution de sel ammoniac fixe par l’huile de tartre par défaillance, ou par une lessive convenablement chargée d’alkali fixe nitreux. Voyez Recréations chimiques & Précipité. (b)