L’Encyclopédie/1re édition/PAISSON

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  PAISSOMME
PAITA  ►

PAISSON, s. m. (Jurisprud.) terme ancien, qui vient du latin pascere, & qui est encore usité en matiere d’eaux & forêts, pour exprimer le droit de pacage, ou l’exercice même de ce droit, c’est-à-dire l’acte même de faire paître les bestiaux ; il signifie aussi quelquefois les herbes & fruits que les bestiaux paissent dans les forêts & dans la campagne.

Le réglement général pour les eaux & forêts fait par Henri IV. au mois de Mai 1597, pour éviter les fraudes & les abus qui se commettoient par le passé sous couleur de délivrance d’arbres faite aux marchands adjudicataires de la paisson & glandée pour leur chauffage, ordonne qu’à l’avenir les paissons & glandées soient adjugées, sans qu’aux marchands paissonniens soient délivrés aucuns arbres pour leur chauffage ; mais seulement que ceux qui auront en garde les porcs à leur loge de bois traînant ès forêts ou de bois sec abattu au crochet.

L’article suivant porte, que dans les publications qui se feront des paissons & glandées avant l’adjudication d’icelles, sera comprise la quantité de porcs que pourra porter la glandée de la forêt, suivant l’estimation qui en aura été faite, & que le nombre des officiers usagers, & autres privilégiés ayant droit de paisson, sera restraint à proportion de ladite estimation.

Enfin l’article 35 défend aux usagers, officiers & autres ayant droit de paisson, d’y mettre d’autres porcs que de leur nourriture, sans qu’ils puissent vendre leur droit (de paisson) aux marchands paissonniers, ni que les marchands les puissent acheter d’eux, sous peine d’amende arbitraire & confiscation des porcs, & privation desdits droits & offices pour les usagers, officiers & privilégiés, & contre les marchands, sur peine d’amende arbitraire.

Le titre xviij. de l’ordonnance des eaux & forêts est intitulé, des ventes & adjudication des pascages, glandées & paissons ; il n’est cependant point parlé de paisson nommément dans le corps du titre, mais seulement du cas où il y aura assez de glands & de feines pour faire vente de glandée, & que l’on reglera le nombre des porcs qui seront mis en pacage ou glandée, tant pour les usagers que pour les officiers, ce qui fait connoître que paisson & pacage sont quelquefois synonymes ; & que la glandée est aussi prise le plus souvent pour paisson, parce que le gland est le fruit qui se trouve le plus communément dans les bois, propre à la nourriture des porcs. Voyez Pacage.

Dans les bois de haute futaye la glandée n’est ouverte que depuis le premier Octobre jusqu’au premier Février ; il n’y a pendant ce tems-là que les propriétaires ou leurs fermiers, & les usagers, qui puissent envoyer des bestiaux dans la futaye. Voyez le titre xviij. de l’Ordonnance de 1669. (A)

Paisson, s. m. terme de Gantier & de Peaussier, morceau de fer ou d’acier délié qui ne coupe pas, fait en maniere de cercle, large d’un demi-pié ou environ, & monté sur un pié de bois, servant à déborder & à ouvrir le cuir pour le rendre plus doux : les Gantiers disent paissonner, pour signifier étendre & tirer une peau sur le paisson. (D. J.)