L’Encyclopédie/1re édition/PALEUR

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PALETTE
PALIACATE  ►

PALEUR, s. f. (Médec.) obstacle quelconque, qui ne permet pas au sang de passer dans les arteres cutanées, où il passe ordinairement dans la circulation libre ; la nature & les causes de cet obstacle, en font une maladie plus ou moins grave.

La couleur des humeurs & des parties visibles qui est naturellement blanche, & d’un rouge vif & brillant, semblable à celle de la rose, dégénere en pâleur, par le défaut de préparation des humeurs, par le manquement des globules rouges, & par un commencement de corruption. Le changement de couleur s’observe dans le sang, les crachats, le pus, l’urine, & les autres humeurs, soit qu’elles s’écoulent, ou qu’elles croupissent dans leurs vaisseaux.

De-là naît la pâleur, qui accompagne les maladies de l’estomac, des intestins, des visceres, des poûmons. Le relâchement des parties, la foiblesse, la crudité des humeurs, le repos excessif du corps, les inquiétudes de l’esprit, le chagrin, le ralentissement de la circulation, les évacuations trop abondantes, soit des excrémens, soit de l’urine, les fleurs blanches, la gonorrhée, la salivation, causent aussi la pâleur. On observe encore la pâleur dans les femmes qui alaitent trop ; mais la pâleur dîsparoît dès qu’on a guéri les maladies qu’on vient de nommer par le secours des corroborans, & par l’exercice du corps.

Un commencement de corruption dans les humeurs, produit une plus grande pâleur, comme on le remarque dans le scorbut, la cachexie, le catharre, les pâles-couleurs, l’hydropisie, la leucophegmatie, la passion hystérique, la suppression des mois, la vérole, & dans une longue maladie ; car il n’est guere possible de corriger toute la corruption. Outre les spécifiques propres à ces maladies, il faut employer les antiseptiques corroborans.

La pâleur produite par une trop grande évacuation du sang, qu’on a une fois arrêtée, doit être traitée par des alimens bien nourrissans pris en petite quantité, en même tems que par les stomachiques, & ensuite par les corroborans ; mais celle qui arrive dans la syncope, & qui est causée par un paroxysme fébrile, dont l’accès arrête sur le champ la circulation du sang dans les petits vaisseaux, se dissipe naturellement, ou à la faveur des frictions & des stimulans, si elle duroit trop long-tems. (D. J.)

Paleur, (Mythol.) les Romains avoient fait un dieu de la pâleur, parce qu’en latin pallor est masculin. Tullus Hostilius, roi de Rome, dans un combat où ses troupes prenoient la fuite, fit vœu d’élever un temple à la Crainte & à la Pâleur ; ce temple fut en effet élevé hors de la ville. On lui donna des prêtres qui furent appellés palloriens, & on lui offrit en sacrifice un chien & une brebis. (D. J.)