L’Encyclopédie/1re édition/PANTOMIME

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

PANTOMIME, s. m. (Jeux scéniq. des Romains.) on appelloit pantomimes, chez les Romains, des acteurs qui, par des mouvemens, des signes, des gestes, & sans s’aider de discours, exprimoient des passions, des caracteres, & des évenemens.

Le nom de pantomime, qui signifie imitateur de toutes choses, fut donné à cette espece de comédiens, qui jouoient toutes sortes de pieces de théâtre sans rien prononcer ; mais en imitant & expliquant toutes sortes de sujets avec leurs gestes, soit naturels, soit d’institution. On peut bien croire que les pantomimes se servoient des uns & des autres, & qu’ils n’avoient pas encore trop de moyens pour se faire entendre. En effet, plusieurs gestes d’institution étant de signification arbitraire, il falloit être habitué au théâtre pour ne rien perdre de ce qu’ils vouloient dire. Ceux qui n’étoient pas initiés aux mysteres de ces spectacles, avoient besoin d’un maître qui leur en donnât l’explication ; l’usage apprenoit aux autres à deviner insensiblement ce langage muet. Les pantomimes vinrent à bout de donner à entendre par le geste, non-seulement les mots pris dans le sens propre, mais même les mots pris dans le sens figuré ; leur jeu muet rendoit des poëmes en entier, à la différence des mimes qui n’étoient que des bouffons inconséquens.

Je n’entreprendrai point de fixer l’origine des pantomimes ; Zozime, Suidas, & plusieurs autres la rapportent au tems d’Auguste, peut-être par la raison que les deux plus fameux pantomimes, Pylade & Bathylle, parurent sous le regne de ce prince, qui aimoit passionément ce genre de spectacle. Je n’ignore pas que les danses des Grecs avoient des mouvemens expressifs ; mais les Romains furent les premiers qui rendirent par de seuls gestes, le sens d’une fable réguliere d’une certaine étendue. Le mime ne s’étoit jamais fait accompagner que d’une flûte ; Pylade y ajouta plusieurs instrumens, même des voix & des chants, & rendit ainsi les fables régulieres. Au bruit d’un chœur composé de musique vocale & instrumentale, il exprimoit avec vérité le sens de toutes sortes de poëmes. Il excelloit dans la danse tragique, s’occupoit même de la comique & de la satyrique, & se distingua dans tous les genres. Bathylle son éleve & son rival, n’eut sur Pylade que la prééminence dans les danses comiques.

L’émulation étoit si grande entre ces deux acteurs, qu’Auguste à qui elle donnoit quelquefois de l’embarras, crut qu’il devoit en parler à Pylade, & l’exhorter à bien vivre avec son concurrent que Mécénas protégeoit : Pylade se contenta de lui répondre, « que ce qui pouvoit arriver de mieux à l’empereur, c’étoit que le peuple s’occupât de Batylle & de Pylade ». On croit bien qu’Auguste ne trouva point à propos de repliquer à cette réponse. En effet, tel étoit alors le goût des plaisirs, que lui seul pouvoit faire perdre aux Romains cette idée de liberté si chere à leurs ancêtres.

Il falloit que ce peuple se fût mis en tête que l’opération qu’on feroit à leurs pantomimes pour les rendre eunuques, leur conserveroit dans tout le corps une souplesse que des hommes ne peuvent point avoir. Cette idée, ou si l’on veut le caprice, faisoit exercer sur les enfans qu’on destinoit à ce métier, la même cruauté qu’on exerce dans quelques pays sur les enfans dont on ne veut point que la voix mue.

Lucien observe que rien n’étoit plus difficile que de trouver un bon sujet pour en former un pantomime Après avoir parlé de la taille, de la souplesse, de la légereté, & de l’oreille qu’il doit avoir, il ajoûte, qu’il n’est pas plus difficile de trouver un visage à-la-fois doux & majestueux. Il veut ensuite qu’on enseigne à cet acteur la musique, l’histoire, & je ne sais combien d’autres choses capables de faire mériter le nom d’homme de lettres à celui qui les auroit apprises.

Nous avons nommé pour les deux premiers instituteurs de l’art des pantomimes Pylade & Bathylle sous l’empire d’Auguste ; ils ont rendu leurs noms aussi célebres dans l’histoire romaine, que le peut être dans l’histoire moderne le nom du fondateur de quelque établissement que ce soit. Pylade, ai-je dit, excelloit dans les sujets tragiques, & Batylle dans les sujets comiques. Ce qui paroîtra surprenant, c’est que ces comédiens qui entreprenoient de représenter des pieces sans parler, ne pouvoient pas s’aider du mouvement du visage dans leur déclamation, ils jouoient masqués, ainsi que les autres comédiens ; la seule différence étoit, que leurs masques n’avoient pas une bouche béante, comme les masques des comédiens ordinaires, & qu’ils étoient beaucoup plus agréables. Macrobe raconte que Pylade se fâcha un jour qu’il jouoit le rôle d’Hercule furieux, de ce que les spectateurs trouvoient à redire à son geste trop outré, suivant leurs sentimens. Il leur cria donc, après avoir ôté son masque : « foux que vous êtes, je représente un plus grand fou que vous ».

Après la mort d’Auguste, l’art des pantomimes reçut de nouvelles perfections. Sous l’empereur Néron il y en eut un qui dansa sans musique instrumentale ni vocale, les amours de Mars & de Vénus. D’abord un seul pantomime représentoit plusieurs personnages dans une même piece ; mais on vit bien-tôt des troupes complettes, qui exécutoient également toutes sortes de sujets tragiques & comiques.

Ce fut peut-être du tems de Lucien que se formerent ces troupes complettes de pantomimes, & qu’ils commencerent à jouer des pieces suivies. Apulée nous rend un compte exact de la représentation du jugement de Paris faite par une troupe de ces pantomimes. Comme ils n’avoient que des gestes à faire, on conçoit aisément que toutes leurs actions étoient vives & animées ; aussi Cassiodore les appelle des hommes dont les mains disertes avoient pour ainsi dire une langue au bout de chaque doigt. Des hommes qui parloient en gardant le silence, & qui savoient faire un récit entier sans ouvrir la bouche ; enfin des hommes que Polymnie, muse qui présidoit à la musique, avoit formés afin de montrer qu’il n’étoit pas besoin d’articuler des mots pour faire entendre sa pensée.

Ces sortes de comédiens faisoient des impressions prodigieuses sur les spectateurs Séneque le pere, qui exerçoit une profession des plus graves, confesse que son goût pour les représentations des pantomimes, étoit une véritable passion. Lucien qui se déclare aussi zélé partisan de l’art des pantomimes, dit qu’on pleuroit à leur représentation comme à celle des autres comédiens. Saint Augustin & Tertullien font aussi l’éloge de leurs talens.

Cet art auroit eu sans doute beaucoup plus de peine à réussir parmi les nations septentrionales de l’Europe, que chez des Romains, dont la vivacité est si fertile en gestes, qui signifient presque autant que des phrases entieres. Nous ne sommes peut-être pas capables de décider sur le mérite de gens que nous n’avons pas vu représenter, mais nous ne pouvons pas révoquer en doute le témoignage de tant d’auteurs de l’antiquité, qui parlent de l’excellence & du succès de leur art.

Cependant on a vû en Angleterre, & sur le théâtre de l’opéra comique à Paris, quelques-uns de ces comédiens jouer des scenes muettes que tout le monde entendoit. Je sai bien que Roger & ses confreres, ne doivent pas entrer en comparaison avec les pantomimes de Rome, mais le théâtre de Londres ne possede-t-il pas à présent un pantomime qu’on pourroit opposer à Pylade & à Bathylle ? le fameux Garrick est un acteur d’autant plus merveilleux, qu’il exécute également toutes sortes de sujets tragiques & comiques. Nous savons aussi que les Chinois ont des especes de pantomimes qui jouent chez eux sans parler ; les danses des Persans ne sont-elles pas des pantomimes ?

Enfin il est certain que leur art charma les Romains dans sa naissance, qu’il passa bien-tôt dans les provinces de l’empire les plus éloignées de la capitale, & qu’il subsista aussi long-tems que l’empire même. L’histoire des empereurs romains fait plus souvent mention des pantomimes fameux que des orateurs célebres. Auguste se plaisoit extrèmement à leurs pieces, & Bathylle enchantoit Mécénas. Les Romains épris de tous les spectacles du théâtre, préféroient celui-ci aux représentations des autres comédiens. Dès les premieres années du regne de Tibere, le sénat fut obligé de faire un réglement pour défendre aux sénateurs de fréquenter les écoles des pantomimes, & aux chevaliers romains de leur faire cortége en public : ne domos pantomimorum senator introïret, ne egredientes in publicum equites romani cingerent. Tacit. Annal. l. I. Ce decret prouve assez que les professions chéries dans les Pays de luxe sont bien-tôt honorées, & que le préjugé ne tient pas contre le plaisir.

L’extrème passion que le peuple & les personnes du plus haut rang avoient pour ce spectacle, donna lieu de tramer des cabales pour faire applaudir les uns plûtôt que les autres, & ces cabales devinrent des factions. Il arriva que les pantomimes prirent des livrées différentes, à l’imitation de ceux qui conduisoient les chariots dans les courses du cirque. Les uns s’appellerent les bleus, & les autres les verts, &c. Le peuple se partagea donc aussi de son côté, & toutes les factions du cirque, dont il est parlé si souvent dans l’histoire romaine, épouserent des troupes de pantomimes.

Ces factions dégénéroient quelquefois en partis aussi échauffés les uns contre les autres, que les Guelfes & les Gibelins peuvent l’avoir été sous les empereurs d’Allemagne. Il falloit avoir recours à un expédient triste pour le gouvernement, qui ne cherchoit que les moyens d’amuser le peuple, en lui fournissant du pain, & en lui donnant des spectacles ; mais cet expédient devenu nécessaire, étoit de faire sortir de Rome tous les pantomimes.

Cependant les écoles de Pylade & de Bathylle subsisterent toujours, conduites par leurs éleves, dont la succession ne fut point interrompue. Rome étoit pleine de professeurs qui enseignoient cet art à une foule de disciples, & qui trouvoient des théâtres dans toutes les maisons. Non-seulement les femmes les recherchoient pour leurs jeux, mais encore par des motifs d’une passion effrénée : illis fæminæ, simulque viri, animas & corpora substituunt, dit Tertullien. La plûpart des passages des Poëtes sont tels sur ce sujet, qu’on n’ose même les citer en latin. Galien ayant été appellé pour voir une femme de condition attaquée d’une maladie extraordinaire, il découvrit par les altérations qui survinrent dans la malade, quand on parla d’un certain pantomime devant elle, que son mal venoit uniquement de la passion qu’elle avoit conçue pour lui.

Il est vrai que les pantomimes furent chassés de Rome sous Tibere, sous Néron, & sous quelques-autres empereurs, mais leur exil ne duroit pas longtems : la politique qui les avoit chassés, les rappelloit bien-tôt pour plaire au peuple, ou pour faire diversion à des factions plus à craindre pour l’empire. Domitien, par exemple, les ayant chassés, Néron les fit revenir, & Trajan les chassa encore. Il arrivoit même que le peuple, fatigué de ses propres désordres, demandoit l’expulsion des pantomimes ; mais il demandoit bien-tôt leur rappel avec plus d’ardeur.

Ce qui acheve de prouver à quel point leur nombre s’augmenta, & combien les Romains les croyoient nécessaires, est ce qu’on lit dans Ammien Marcellin, l’an cxc. Rome étant menacée de la famine, on prit la précaution d’en faire sortir tous les étrangers, ceux-mêmes qui professoient les arts libéraux ; mais on laissa tranquilles les gens de théâtre, & il resta dans la ville trois mille danseuses, & autant d’hommes qui jouoient dans les chœurs, sans compter les comédiens : les Historiens assurent que ce nombre prodigieux augmenta encore dans la suite.

Il est aisé de juger que l’ardeur des Romains pour les jeux des pantomimes dut leur faire négliger la bonne comédie. En effet, on vit depuis le vrai genre dramatique décheoir insensiblement, & bien-tôt il fut presque absolument oublié. Cette nation guerriere qui s’étoit vouée au dieu Mars, & qui avoit méprisé les arts & les sciences, perdit avec la liberté toute son ancienne vertu. Les Romains ayant long-tems méconnu ce qu’il y avoit de plus naturel & de plus agréable dans les occupations de l’ame, n’en acquirent que de plus grandes dispositions à passer à des excès opposés. Aussi ne doit-on pas s’étonner, si sentant trop tard la nécessité des beaux-arts, les erreurs de leur esprit s’opposerent souvent à la distinction exacte qu’ils auroient dû faire des expressions les plus essentielles, les plus vraies, & les plus heureuses, d’avec celles qui ne pourroient avoir le même avantage. Cette ignorance de la délicatesse du sentiment, fit sans doute la réputation des pantomimes.

On négligea les expressions de l’organe de la voix, pour ne s’appliquer qu’à celles que pouvoient rendre les mouvemens & les gestes du corps. Ces expressions qui ne pouvoient admettre toutes les nuances de celles des sons, & avec lesquelles on n’eût jamais inventé les sciences spéculatives, firent sous les empereurs une partie de l’éducation de la jeunesse romaine. Les maîtres de cet art frivole recevoient, comme je l’ai dit, des attentions très-marquées du peuple, des chevaliers, des sénateurs & des dames romaines. Les personnes les plus respectables leur rendoient des visites de devoir, & les accompagnoient par-tout. Si cette bonne fortune eut des intervalles de disgraces, ils s’en relevoient avec plus d’éclat. L’empereur Antonin s’étant apperçu que les pantomimes étoient cause qu’on négligeoit le commerce, l’éloquence, & la philosophie, voulut réduire leurs jeux à des jours marqués ; mais le peuple murmura, & il fallut lui rendre en entier ces amusemens, malgré toute l’indécence qui marchoit à leur suite. Pline le jeune loue son siecle d’avoir abandonné ce goût efféminé qui avoit tant amolli le courage du peuple romain ; mais Pline s’abusa dans ses louanges. Rome étoit trop riche, trop puissante, & trop plongée dans la mollesse, pour redevenir vertueuse ; l’art des pantomimes, qui s’étoit introduit si brillamment sous Auguste, & qui fut une des causes de la corruption des mœurs, ne finit qu’avec la destruction de l’empire.

Je me suis bien gardé de tout dire sur cette matiere, je n’en ai pris que la fleur ; mais ceux qui seront curieux de plus grands détails, peuvent lire Plutarque, Lucien, les Mémoires de littérature, l’abbé du Bos, & le traité plein d’érudition de Caliacchi, de ludis scenicis, imprimé à Padoue en 1714, in-4. Le chevalier de Jaucourt.