L’Encyclopédie/1re édition/PAVANE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PAVAGE
PAVATE  ►

PAVANE, s. f. (Orchestriq.) danse grave, venue d’Espagne, où les danseurs font la roue l’un devant l’autre, comme les paons font avec leur queue, d’où lui est venu ce nom. C’étoit une danse sérieuse que les gentilshommes dansoient avec la cape & l’épée ; les gens de justice avec leurs longues robes ; les princes avec leurs grands manteaux ; & les dames avec les queues de leurs robes abaissées & traînantes : on l’appelloit le grand bal, parce que c’étoit une danse majestueuse & modeste. Il s’y faisoit plusieurs assiettes de piés, passades & fleurets, & des découpemens de piés pour en modérer un peu la triste gravité. La tablature de la pavane est décrite dans Thoinot Arbeau, en son Orchésographie. Cette danse n’est plus en usage ; elle est trop sérieuse pour plaire à la vivacité des jeunes gens ; les contre-danses sont plus de leur goût, & c’est tout naturel. (D. J.)

Pavane, (Musiq.) la pavane est un chant à deux tems : on la divise en grande & en petite ; celle-ci n’a que douze mesures en tout, de quatre en quatre mesures. Il faut qu’il y ait un repos & une cadence ; la grande a trois parties, qui se terminent par des cadences différentes ; la seconde partie doit avoir deux mesures de plus que la premiere, & doit être plus gaie ; la troisieme doit avoir deux mesures de plus que la seconde, & avoir encore plus de gaieté.

La pavane est du genre des sonates, & elle est comprise dans la seconde espece des sonates que les Italiens appellent sonata da camera, sonate de chambre. Voyez Sonate.