L’Encyclopédie/1re édition/PRÉCIPICE, Gouffre, Abysme

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

PRÉCIPICE, Gouffre, Abysme, (Synonymes.) On tombe dans le précipice. On est englouti par le gouffre. On se perd dans l’abysme. Le premier mot emporte avec lui l’idée d’un vuide escarpé de toutes parts, d’où il est presqu’impossible de se retirer quand on y est. Le second renferme une idée particuliere de voracité insatiable, qui entraîne, fait disparoître, & consume tout ce qui en approche. Le troisieme emporte l’idée d’une profondeur immense, jusqu’où l’on ne sauroit parvenir, & où l’on perd également de vue le point d’où l’on est parti, & celui où l’on vouloit aller.

Le précipice a des bords glissans & dangereux pour ceux qui marchent sans précaution, & inaccessibles pour ceux qui sont dedans ; la chûte y est rude. Le gouffre a des tours & des circuits, dont on ne peut pas se dégager, dès qu’on y a fait un pas ; & l’on y est emporté malgré soi. L’abysme ne présente que des routes obscures & incertaines qu’aucun but ne termine ; on s’y jette quelquefois tête baissée dans l’espérance de trouver une issue ; mais le courage rebuté y abandonne l’homme, & le laisse dans un cahos de doutes & d’inquiétudes accablantes.

Le chemin de la fortune est à la cour, environné de mille précipices, où chacun vous pousse de son mieux. Une femme débauchée est un gouffre de malheurs ; tout y périt, la vertu, les biens & la santé. Quelquefois la raison, à force de chercher de l’évidence en tout, ne fait que se creuser un abysme de ténebres.

L’avarice est le précipice de l’équité. Paris est le gouffre des provinces ; l’infini est l’abysme du raisonnement. Girard. Synonymes. (D. J.)