L’Encyclopédie/1re édition/PRÉTEXTE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  PRÊTEUR

PRÉTEXTE, s. m. PRÉTEXTER, (Gramm.) faux motif dont on couvre une raison qu’il est honteux ou dangereux d’avouer. On dit le prétexte de la guerre ; le prétexte de sa haine ; le prétexte de ses injures. Il n’attend qu’un prétexte pour me perdre : c’est un voyage prétexté : il a prétexté une maladie.

Prétexte, f. f. (Littérat.) prætexta ou prætexta toga, espece de tunique ou de robe blanche des Romains, qui avoit tout-autour un petit bordé de pourpre, selon la remarque de Varron, qui la distingue ainsi des autres robes ; prætexta toga, est alba purpureo limbo. Les enfans de qualité prenoient la prétexte à un certain âge, & c’étoit alors une grande fête dans la famille, parce que cette robe ouvroit la porte des assemblées publiques, des délibérations, & même du sénat.

C’étoit encore un habit de dignité, que les magistrats, les augures, les prêtres, les préteurs, les sénateurs portoient certains jours de solemnité ; mais le préteur la quittoit quand il s’agissoit de prononcer un jugement de condamnation contre quelqu’un. Voyez Baïfius & autres auteurs, de re vestiaria Romanorum. (D. J.)